En ce moment j’entends le morceau Master Blaster de Stevie Wonder partout. C’est
mon tube de l’été.
Il y a un nid de petites guêpes charpentières sous le toit juste à côté
de mes deux fenêtres. Elles se trompent et rentrent chez moi, je passe mon temps à les
guider pour ressortir en leur demandant de ne pas revenir. Je rêve souvent de Lusans,
le village où j’ai grandi. J’ai aussi rêvé que je perdais deux dents de devant. { ci-dessous
les beaux légumes d’été du panier et ma nouvelle bouteille d’eau écologique Gobi }

Publicités

Aller voir Woman at War au cinéma au dernier moment : une militante écologique islandaise
qui se transforme en prof de chant, un groupe de musiciens dans le décor et un chœur ukrainien
sous la pluie. Une sœur jumelle prof de yoga, un malchanceux migrant à vélo. Un glacier puis
une source chaude, le visage dans la mousse, un masque de Nelson Mandela, la photo d’une
petite orpheline. Du Taï Chi devant la télévision, les portables dans le congélateur et des tracts
lancés depuis les toits. La traque palpitante et drôle d’une héroïne ordinaire. { ci-dessous le travail
de Michael Belhadi, une collection d’images de divers endroits un peu énigmatiques et colorés }

Des mirabelles pas encore très mures qui seront parfaites demain. Des courgettes jaunes,
trois films un peu nuls. Le plaisir de remettre un petit pull léger, le soir et le matin, filtrer le vin
de noix apporté par Marie et le mettre en bouteille. Attendre. Acheter de l’emmental râpé
pour la première fois depuis des années, et essayer de trouver du vernis à ongles le plus
naturel possible, avec du manioc et de l’huile de coco. Remarquer de petits vertiges quand
je me lève trop vite. { ci-dessous un petit tee-shirt marine aux motifs rouges de chez Boden
et mes sandales vernies de chez Salt-Water que je ne quitte plus }

Profiter du dernier jour de chaleur étouffante pour retourner dans l’eau, rapporter des
cailloux très blancs, jouer un peu avec le courant, s’allonger à l’ombre du pont, boire
des verres à la terrasse d’un hôtel-restaurant, les tables toutes réservées, une fondue au
comté, un sketch des Monty Python et les rues d’Arbois. L’orage, la nuit, les rideaux qui
volent puis le frais et une moitié de Twix avec Victor. { ci-dessous les belles photos claires
et lumineuses du quotidien de Charlotte Aiken, anglaise basée à Sydney }

Apprendre l’existence du mot « poplité » pour désigner le creux du genou. Retourner
manger une délicieuse pizza au même endroit. Aller se baigner deux fois dans la Loue,
plus fraîche près de sa source. Bronzer un tout petit peu, croiser un poisson mort,
collectionner les feuilles qui flottent et faire des retouches de vernis rouge. Un punch
sucré pour la fermeture du bar du Barbu, du melon, du Porto, des tomates du jardin
et une salade de pâtes avec beaucoup de choses dedans. { ci-dessous ma jolie boîte
à cookies trouvée chez Søstrene Grene et les belles couleurs des salades d’été }

Aller voir Vierges au cinéma : une station balnéaire au nord d’Israël, un café vide, une
rumeur de sirène, le bruit des vagues et les piqures de méduse. Une berceuse chantée
en français, deux vieux joueurs d’échecs et un maître nageur. Plusieurs générations de
femmes. La rage, l’envie d’aventure, l’innocence. Un beau jeune homme attirant. Une fête
à paillettes et cette petite fille habillée en princesse avec son collier de perles, des algues
sèches et des coquillages qui s’entrechoquent dans un vieux filet de pêche. { ci-dessous
les photos de l’australien Ben Thomas  et ses paysages flous aux couleurs éclatantes }

J’ai vu David, nous étions dans la même classe au lycée. C’était il y a longtemps, avons-
nous tant changé ? Il m’a raconté sa belle et dure marche d’un mois sur le chemin de
Compostelle. Il me tarde de repartir seule. Je ne suis toujours pas reposée, je traque le
peu d’air frais, comme tout le monde. Les rues de la ville se vident, j’entends les trains
passer depuis chez moi, la gare est pourtant à environ deux kilomètres. J’ai mangé une
délicieuse pizza avec une grosse boule de Burrata fraîche dessus. { ci-dessous les robes
et jupes rayées de l’été, en tissu léger }