Je mange de la compote à la rhubarbe et de la confiture de figues. De la tarte aux
épinards, des endives et du brocoli. Une heure de jour en plus le soir, je prends le
temps de grimper une fois par semaine tout en haut du fort de Chaudanne avec Rémi.
Ça sent bon la gaufre quand j’arrive à Granvelle sous le soleil. Partout, les murs sont
encore froids de l’hiver. Il fait plus chaud dehors. 
{ ci-dessous les jolis collages colorés
d’Hollie Chastain, originaire du Tennessee. Un univers décalé, léger et poétique, de
beaux mélanges rétros, graphiques et inspirants }

Verte, propre, onéreuse. Multiculturelle et contrastée. Je termine enfin ce soir mon
premier article sur l’Asie. Singapour fût ma première étape de quatre jours. Les trois
villes de Malaisie suivront plus tard. C’était long à (bien) écrire. C’est donc (un peu) long
à lire aussi, 11 minutes précisément. J’y décris mes visites sans vouloir tomber dans le
guide touristique. Il s’agit plus d’un récit de voyage et d’impressions, accompagné de
mes photos les plus représentatives et de liens utiles ou pas lire l’article ici –

J’ai reçu ma montre ! Une vraie cette fois-ci, une belle qui a une histoire et qui raconte
quelque chose. Commandée sur cette fabuleuse boutique Etsy. C’est une Lyra (Лира),
fabriquée dans les années 60 aux usines de Penza en URSS, dont l’outillage avait été
acheté chez Lip trente ans avant. Elle a été restaurée et marche parfaitement, le bracelet
est neuf. Elle est mécanique et il faut la remonter tous les matins, je la trouve magique.
Je fais mille fois par jour le geste de la consulter et ça me rend heureuse, j’écoute aussi
régulièrement son délicat tic-tac en la collant contre mon oreille.

Je sens encore mon crâne qui me lance là où je me suis cognée avec Basile au parc,
la grande bosse disparaît peu à peu. Elle me gêne quand je veux dormir sur le dos. Je
fais un drôle de rêve où je retourne en Asie pour me faire couper les cheveux, des
cauchemars aussi, deux camps guerriers qui se font face sur des chaises d’écoliers
et se tirent dessus, une erreur de jugement et une agression. 
{ ci-dessous les belles
lettres crées par des courriers disposées dans des casiers en bois, par le directeur
artistique américain Niral Nparekh, intéressé par le retour à l’expérimentation du réel }

Revoir Aymeric et Laura qui vont avoir une maison avec un noisetier. Aller chercher
Basile qui est perdu sous la pluie grise, parler longtemps, sortir danser. Grimper à la
Citadelle le lendemain, chercher les singes, observer le printemps qui arrive. Manger
des sushis et s’endormir encore devant Le garçon et la bête. Une meringue à midi,
du sommeil en retard, la longue et belle aventure de Lost City of Z qui donne envie
de lire le livre. { ci-dessous de nouvelles boucles Lilipoetry et les sandales d’Asie }

J’ai appelé le répondeur de l’émission les Petits Bateaux pour demander pourquoi
parfois le micro-ondes chauffe la tasse plutôt que le lait à l’intérieur. J’ai souvent des
questions à leur poser mais c’est la première fois que j’ose appeler. Les ampoules de
mon frigo et de la hotte sont arrivées en même temps en fin de vie. Basile qui a enfin
des week-ends vient peut-être ce soir ou en tous cas demain. { ci-dessous l’américaine
Holly Andres et ses extraordinaires photos narratives aux couleurs parfaites. Tout ça
tourne autour des histoires de l’enfance, de l’aventure et de l’introspection féminine }

Enfiler mes ballerines roses cirées, descendre boire un thé au soleil à Granvelle, passer
un bon moment inattendu. Croiser des jonquilles sur le chemin du travail, ranger le bureau,
écouter Alexandre Jardin. Derrière les murs j’entends Bourvil et son petit bal perdu, puis
Brassens et Piaf. J’ajoute une playlist sur le côté du blog, avec plein de choses diverses
et variées, mélangées. J’épure mes suivis de pages Facebook et Feedly pour récupérer
du temps. Écouter Jai Paul en boucle en rentrant, tomber sur un Mentos rose du 1er coup.