Une émission sur les trains en Albanie, une gare disparue et l’histoire des Vierges sous
serment. Un podcast sur une courageuse et belle pilote d’avion handicapée. Pédaler dans
la nuit pour rentrer, retrouver Marie pour un midi en terrasse, un martini royal et un filet de
rascasse. Un autre midi, un pique-nique, un énorme cookie. Reprendre la lecture, terminer
la mise à jour de mon site. { ci-dessous les photos du californien Nich McElroy, la nature
des coins reculés et sauvages d’Amérique, des images simples et profondes }

Publicités

La pluie, le froid nouveau. Habillée comme une rentrée de septembre avec des chaussures
neuves et un pantalon gris. Je reprends l’écriture quotidienne de mes rêves. Coller les
étiquettes crées pour le miel de mon ami Olive avec un peu de lait, embouteiller la bière
de François le dimanche, partir ensuite les deux à vélo le long du Doubs. { ci-dessous les
Niniches, sucettes colorées rapportées de Bretagne début juillet et un mini-livre de 1969
qui traite très sérieusement de la graphologie, trouvé à l’ARScyclerie de Hôp Hop Hop }

IMG_0415

Acheter un pot de glace. Une batavia et deux grosses tomates au marché, faire visiter
à Vivien et Fantine mon joli bureau et les couloirs de Hôp Hop Hop. Deux Pietra, des noix
de Cajou et le dernier film de Tarantino au milieu de beaucoup de gens. Partir enfin se
promener dans le nouveau musée, s’attarder longtemps sur l’archéologie et regarder les
moineaux se battre pour nos miettes de sandwich au bord du Doubs.
{ ci-dessous les
photos du néo-zélandais Jacob Howard, paysages pleins de lumière à travers le monde }

La drôle d’histoire d’un menuisier de la fin du XIXe siècle qui laisse ses confessions
sous le parquet qu’il est en train de refaire dans un château des Hautes-Alpes. Des
sèches et des cannelés, une grosse tarte au sucre avec de la levure comme celles
de la maman de ma maman. Cacher les lumières du salon la nuit,  regarder Toy Story 4
en très mauvaise qualité. { ci-dessous mon fidèle ventilateur jaune vital pendant les
épisodes de canicule au bureau et de jolies boîtes de sardines de La belle-iloise }

IMG_0317

Relire Pagnol, les étés à la Bastide Neuve, les pièges à grives et la clé du canal. Et
aussi toutes les bêtises du Petit Nicolas.
Sentir par la fenêtre l’air très chaud puis celui
très froid, regarder la grosse pluie qui brille au soleil. De grandes réserves de ratatouille,
d
eux galettes comtoises. Terminer la pellicule 120 de mon appareil photo rose, attendre
les surprises du développement.
{ ci-dessous les photos de l’israélien Michal Chelbin,
des portraits qui saisissent des histoires humaines, un peu énigmatiques }

Reprendre le chemin du Jura, s’installer un petit campement à quatre au milieu des
hollandais, monter les tentes et gonfler les matelas, visiter les alentours roses. Une
piscine, une rivière froide et un lac bleu turquoise. Deux maillots à rayures, le bruit des
gouttes de pluie sur la toile, le bruit rigolo des canalisations et la guerre pour les tours
de vaisselle. Un hamac, rigoler en lisant une bd de Fabcaro, un orage, une cascade.
{ ci-dessous les clafoutis-cerise du début de l’été et les gnocchis faits-maison }

Se retrouver après une semaine, être heureux. Du temps à trois plus les cochons d’Inde
dans la maison, partir jusqu’à Arc-et-Senans à vélo, un tunnel pour les bateaux avec des
rideaux d’eau. Revenir en train, repartir jusqu’à Dole, les blagues de papa, les nashis. Rouler
à travers le Jura, la très vieille pierre, les vignes, l’eau turquoise des lacs, un selfie, une petite
caravane et les grimaces de Léonie. Rentrer et repartir finalement par là-bas. { ci-dessous les
photos de l’italienne Benedetta Ristori qui explore la relation entre le présent et le passé }