Plein de jours de soleil d’affilée. Un thé glacé, des meringues brûlées et des sushis à
volonté. La chaleur qui rentre, les yeux et le nez qui piquent un peu à cause des pollens.
Une décision à prendre, le temps suspendu et quelque larmes devant Girl Asleep, fable
colorée et symbolique. Laisser partir l’enfance pour devenir quelqu’un de singulier. { ci-
dessous les Kakis de l’hiver avant mon voyage et les bonnes brioches à la fleur d’oranger
fabriquées avec mes nouveaux petits moules }

Beaucoup de pansements sur mes ampoules. Un vernissage entre filles puis une
fontaine à absinthe. Une séance de travail sur les émotions et mes peurs, une série
de questions sur la grande famille de ma maman. Réfréner l’envie de ranger la pile
de magazines éparpillés sur la table basse de la salle d’attente. Du soleil à Dole, une
balade en sandales dans la jolie ville et sa verdure puis le long du canal. { ci-dessous
le dernier projet du photographe parisien Nicolas Rivals :
La Línea Roja, installations
en néon rouge dans des paysages nocturnes aux ciels lumineux }

Marcher jusqu’à Velotte avec Elsa et Caro en discutant sous le grand soleil, croiser des
roses marbrées et un couple de hérons cendrés. Chez moi, j’entends les travaux dans les
appartements de l’immeuble. Les murs tremblent un peu, et une tronçonneuse résonne
dans la cour. J’ai rapporté une nouvelle plante très jolie : l’Oxalis Triangularis. Ses triples
feuilles pourpres se replient le soir venu comme des papillons. { ci-dessous la salle de bains
dans la lumière et les anciennes poules cousues pour mon mobile démantelé en attente }

Il fait enfin assez doux la nuit maintenant, pour enlever l’épais boutis bleu de mon lit et
le ranger jusqu’à l’hiver prochain. Je cuis des asperges à la vapeur, j’utilise aussi les tiges
des oignons nouveaux qui sentent la ciboulette. C’est bientôt la période où le soleil de la
journée
permet avec facilité d’enfiler n’importe quelle robe et des sandales sans réfléchir.
Une playlist avec mes dix morceaux préférés de Radiohead. { ci-dessous les super peintures
du parisien Thomas Lévy-Lasne. Il représente de manière figurative avec les techniques
des siècles passés des scènes très modernes qui témoignent du monde actuel }

Le premier concert de la tournée de NoN improvisé dans le garage en dessous de chez
Damien. Le soleil en pointillé. Dans la salle de bain, mes expériences botaniques portent
leurs fruits et deux toutes petites pousses sont apparues depuis quelques jours. Je les
regarde grandir. J’ai ouvert un compte Instagram où j’ai mis les photos de mes balades,
c’est par ici. { ci-dessous mes objets jaunes rapportés de HEMA, plateau citrons, gobelets
plastique et housse de coussin à pois. Mais aussi les fameux petits cookies au chocolat }

Grand soleil, partir marcher toujours un peu plus loin. Croiser les joueurs de pétanque
qui étaient déjà là l’autre soir, sous la pluie fine. Grimper encore, au milieu des chenilles
suspendues à leur fil. Derrière le fort, au-dessus de la colline, un grand espace ouvert
au vent où rien ne pousse. À part quelques tout petits épineux. La vue qui surplombe
l’immense ancienne usine Rhodiacéta. Redescendre par le Chemin des Ragots, longer
les haies fleuries et les belles maisons. { ci-dessous le travail de l’illustrateur Ray Oranges
basé en Italie. De belles créations ultra-colorées, minimalistes et géométriques }

Un désagréable passage chez le dentiste, mais de nouvelles lunettes de soleil écaille
avec des verres roses. Des rêves étranges avec en vrac dans la même nuit : une dispute
à propos d’un restaurant déjà complet, la recherche d’appartements trop petits, une liste
en papier de nouveaux amis à contacter et une discussion au téléphone dans une barque
à propos d’un enfant. { ci-dessous la très belle lampe géométrique et son ampoule Edison
à incandescence offerte à Noël par Fanny et les crayons Berger du gîte de Septmoncel }