Poésie.

Dans le dernier film de Pierre Salvadori, Dans la cour, Gustave Kervern lit à un aveugle
un poème de Raymond Carver. J’ai été scotchée sur mon fauteuil par les mots. Et aussi
par la façon dont il est lu. C’est la première fois que de la poésie me touche.
Je lis maintenant son recueil La vitesse foudroyante du passé et j’ai l’impression de
le comprendre entièrement. De ressentir vraiment ce qu’il écrit. { C’est ça, la poésie ? }

 IMG_2106

Publicités

Les commentaires sont fermés.