Henrik Spohler.

Des journées un peu denses. Des rêves très réalistes. Ou alors le sommeil encombré
de pensées uniques en boucle. Qui perdent tout leur sens au réveil. Quelquefois, le soir,
j’ai peur de mon reflet dans le miroir au fond du couloir gelé. J’ai regardé une série avec
des magiciens anglais au début du 19e siècle où les fées sont des hommes et volent le
sommeil, justement. Et les magiciens se déplacent à travers les miroirs. { ci-dessous les
photos épurées et aseptiques de l’allemand Henrik Spohler. La symétrie et la géométrie
des paysages modifiés ou crées par l’homme }

Henrik Spohler

Publicités

Les commentaires sont fermés.