Paterson.

J’ai vu Paterson et ses poèmes hier soir. J’ai aimé la ville et les couleurs, le rythme.
Tassée au fond du siège, toute seule devant comme d’habitude, je ne regardais pas les
sous-titres pour m’entraîner à comprendre l’anglais. Je réfléchis aussi à mes tournures
de phrase en marchant. À la fin du film tout le monde est resté immobile et silencieux
pendant longtemps, je n’aime plus rester dans la salle, j’aime partir la première. J’ai dû
faire du bruit avec ma fermeture. C’est vrai que parfois il faut savoir commencer un
nouveau carnet. 
{ ci-dessous l’affiche d’Oiseaux-Tempête encadré et Plume le chat
timide de Fanny et les enfants, que je vais passer voir avant de décoller }

img_0096

Publicités

Les commentaires sont fermés.