Tine Poppe.

Un saumon gravlax, un vélo qui freine trop. Le tunnel sous la citadelle, la nuit. Un long
apéro avec Bérangère et Marta de l’atelier, des projets communs qui donnent envie.
Trop chaud, trop de bruit, trop de monde. Faire des brasses avec mes lunettes dans l’eau
fraiche du matin, pique-nique, carottes râpées et bracelet jaune. Les jours et les mois
qui viennent incertains. 
{ ci-dessous les photos du norvégien Tine Poppe, qui se place
au ras du sol pour transformer grâce à ce point de vue les herbes, fleurs et plantes en
jungle géante, luxuriante et colorée }

Publicités

Les commentaires sont fermés.