Adrian Skenderovic.

Beaucoup de jolis films en salle. Le plaisir d’être au cinéma l’été, quand personne ne
pense à y aller. Le dernier Kusturica qui raconte toujours la même chose avec ses
personnages un peu fous et sa musique des balkans qui me rappelle mes vingt ans.
La Catalogne et les difficultés de l’enfance dans Été 93, qui m’a fait rêver de ma grand-
mère maternelle. Jouer dehors toute la journée, porter de fines robes en coton, manger
des glaces. Santiago du Chili, la force et la beauté de la différence dans Une femme
fantastique
. { ci-dessous les photos d’Adrian Skenderovic : des prises de vue verticales
sur les touristes des bateaux mouches depuis les ponts parisiens }

Publicités

Les commentaires sont fermés.