Javier de Riba.

J’ai échangé le vendredi avec le samedi. Une longue journée seule au bureau pour
pouvoir avancer, une pause au soleil face au Doubs à midi. 
Je n’aime pas être pressée
de choisir vite mon pain à la boulangerie. Je rigole beaucoup avec les vidéos de Studio
Danielle. Je me souviens que quand j’étais étudiante je n’avais pas internet, il y a dix ans.
Je lisais un livre par semaine. 
{ ci-dessous le travail du street artiste catalan Javier de Riba,
qui peint les sols de lieux abandonnés au pochoir et à la bombe pour imiter les carreaux
de faïence traditionnels du Portugal et de l’Espagne }

Publicités

Les commentaires sont fermés.