Peter Lippmann.

Retrouver mon grand lit, une journée pour configurer mon nouvel ordinateur de travail
géant. Préparer une galette comtoise d’anniversaire, chercher le numéro de la case du
calendrier des thés pendant un moment sans le voir, retrouver la difficulté de l’attente
de l’enfance : ne pas ouvrir les cases à l’avance pour découvrir vite et en avoir plus.
{ ci-dessous les photos du new-yorkais Peter Lippmann, une série intitulée Paradise
Parking
figure de vieilles voitures en train de disparaître lentement dans la nature }

Publicités

Les commentaires sont fermés.