Mustafah Abdulaziz.

Mes doigts gèlent dehors. J’ai les cheveux qui sentent bon le miel et l’olivier. La plante
de la salle de bain perd ses feuilles, j’ai éloigné de la fenêtre celles du salon à cause
du chauffage et maintenant elles essaient toutes de pousser le plus haut possible et
se penchent vers la lumière. Il y a plein d’électricité statique autour de mon bureau. 
{ ci-
dessous le projet Water, du photographe Mustafah Abdulaziz vivant à Berlin. Depuis des
années il immortalise l’importance de l’eau à travers différentes cultures et différents pays }

Publicités

Les commentaires sont fermés.