Julie Bourges.

Du soleil derrière la vitre du train, un damier d’échecs sur le gâteau au chocolat et les
jolis poissons de Nino accrochés dans le dos. Une ballade au bord du canal, l’écluse
sans bateaux. Aller à la fête foraine bruyante et s’amuser quand même, crier et rire
dans le manège qui accélère avec Lou qui me serre. { ci-dessous les photos de la
parisienne Julie Bourges, une démarche introspective à travers laquelle elle questionne
son rapport à la famille, la mémoire et la nostalgie, entre abstraction et onirisme }

Publicités

Les commentaires sont fermés.