Chocolat.

Être réveillée par le bip régulier et aigu de l’alarme incendie qui me signale de lui changer
sa grosse pile plate. Partir en oubliant de mettre mes bagues, mes ballerines roses vernies
aux pieds. Des réserves de pain au marché bio, le soleil qui se couche très tard et se lève
très tôt, trop de post-its, les guerres sous Louis XIV, un roi avec une signature d’enfant et
moi qui oublie toujours de signer mon travail. { ci-dessous de nouvelles plaquettes du si
beau et bon chocolat vietnamien Marou et la pile de livres en attente }

Publicités

Les commentaires sont fermés.