Benedikt Partenheimer.

Ça sent le tilleul dans les rues, vidées de leurs voitures cet après-midi pour la fête de
la musique. Je reste chez moi en fermant les fenêtres. Hier soir j’ai joué aux fléchettes
pour presque la première fois de ma vie, et j’ai gagné. Deux fois. Mes yeux ont besoin
de repos, j’ai aussi essayé une drôle de perruque blonde avec Nico. { ci-dessous les
photos de l’allemand Benedikt Partenheimer, les arbres étranges de l’Alaska, à cause
des sols effondrés et du changement climatique }

Publicités

Les commentaires sont fermés.