Christina Fernandez.

La brume de La Malate, une Carbonnade géante dans une marmite de druide, une chaise
en rotin peinte en rose pâle et encore des allers-retours de déménagement.
Le bureau est
prêt, il ne reste plus qu’à l’utiliser, en prendre le chemin chaque matin. J’attends internet.
J’ai rêvé d’une guerre extra-terrestre et d’un couple qui m’accueillait dans ma fuite.
{ ci-
dessous les photos de
Christina Fernandez, basée à Los Angeles. Une série consacrée
aux laveries automatiques des quartiers latinos de la ville racontant la vie quotidienne }

Publicités

Les commentaires sont fermés.