Polli pots.

Terminer mes machines volantes imaginaires en carton et vieux tissu, les accrocher
au café avec les petites montgolfières. Y passer deux soirs entiers à préparer, décorer.
J’ai des chaussures en tweed, une montre à gousset, un chapeau melon prêté par Virginie
et je me suis cousu une fine
Lavallière blanche. Le soleil est déjà chaud, avec Virg nous
avons réussi à trouver une heure vide en commun pour nous asseoir dehors et en profiter
simplement. { ci-dessous les pots à pois en céramique de l’estonienne
Eeli-Ethel Polli,
ancienne graphiste et désormais basée près de la mer, au Danemark }

Les commentaires sont fermés.