George Marazakis.

Une terrasse de vendredi soir avec un air de plage, le retour des sandales, deux truites
sous plastique. Une longue nuit de sommeil, le ciel qui se couvre et le bruit futuriste des
voitures électriques. Apercevoir la pile de billets de banque dans la gueule du distributeur
et Google Home qui me dit ça marche ! ce matin au lieu de son sempiternel d’accord.
{ ci-dessous le travail du grec George Marazakis, qui photographie des paysages et
témoigne de l’effet dévastateur de l’humanité sur son environnement }

Publicités

Les commentaires sont fermés.