Michal Cheblin.

Relire Pagnol, les étés à la Bastide Neuve, les pièges à grives et la clé du canal. Et
aussi toutes les bêtises du Petit Nicolas.
Sentir par la fenêtre l’air très chaud puis celui
très froid, regarder la grosse pluie qui brille au soleil. De grandes réserves de ratatouille,
d
eux galettes comtoises. Terminer la pellicule 120 de mon appareil photo rose, attendre
les surprises du développement.
{ ci-dessous les photos de l’israélien Michal Chelbin,
des portraits qui saisissent des histoires humaines, un peu énigmatiques }

Les commentaires sont fermés.