Teresa Freitas.

Remplir un petit sac en coton par jour et le monter avec moi sur mon vélo, le soir.
Commencer à sortir quelques cartons, un gros rouleau de scotch et trier toutes ces
affaires. Être presque pressée de partir. Un nouveau téléphone doré, du papier à motif
pour l’intérieur de ma boîte en bois, retourner au cinéma, contempler un amour secret
si fort entre deux femmes qu’il donne envie de pleurer.
{ ci-dessous les photos pastels
de Teresa Freitas. Des clichés rêveurs pris dans le village côtier portugais de Cascais }

Les commentaires sont fermés.