Bettina Güber.

Un scutigère véloce qui sort du pain, un gâteau à l’orange caramélisé. Pendre le linge
dehors, au soleil et au vent. Aller chercher la livraison de nos légumes quand même, avec
nos masques cousus main. Fabriquer deux trousses avec la machine sortie. Regarder un
épisode de Ru Paul chaque soir, terminer enfin Lumière d’août de Faulkner, six cent pages
de terrible folie humaine, contente de passer à autre chose. { ci-dessous les photos de
l’allemande Bettina Güber, délicates et étranges natures mortes d’automne à l’assiette }

2 commentaires
  1. Bernadette a dit:

    Nous aussi on a ces bêtes à la maison. Elles sortent (une par jour environ) à certains moments, puis on ne les voit plus. Mais bon, pas dans le pain, quand même. Tu n’as pas dû apprécier …

  2. speculo a dit:

    J’en ai parlé toute la journée ! Mais j’ai quand même réussi à manger le pain.. Maintenant je vérifie tout le temps que le pain est rangé dans sa huche.