Paul Hiller.

Un bain brulant avec des sels verts, une panne de chauffage au bureau, la pluie et le sol
glissant de la Grande Rue, presque octobre. Plusieurs pièces de théâtre, des lettres écrites
par des adolescents, des acrobates en répétition. La belle vallée de la Loue, les virages en
bus, de gros lapins marrons en cage. Un cours de Pilates et des courbatures aux bras, des
bretzels trop salés, deux fougasses avec des oignons rouges et encore un gâteau renversé
à l’ananas frais.
{ ci-dessous les photos de Paul Hiller, et ses parcs d’attractions colorés }

Les commentaires sont fermés.