Masato Ninomiya.

L’annonce d’un nouveau confinement hivernal et la fermeture du cinéma, du théâtre,
de la piscine et des coiffeurs. Un dernier resto avec un burger tout noir, le voyage à
Grenoble annulé une deuxième fois, plus d’invitations de copains. Une séance de
Shiatsu contre la fatigue, de l’iode et du Ginseng, rire devant les aventures et la joyeuse
naïveté de Chien Pourri, décoller le papier peint des couloirs et trouver de grosses fleurs
marrons. { ci-dessous les photos d’hiver minimaliste du japonais Masato Ninomiya }

Les commentaires sont fermés.