archive

À LA MAISON + LE BLOG

Rater le concert de nÄo, se rattraper en mangeant des crêpes à midi avec Pierre-André.
Ce matin l’air sentait l’hiver et les enfants sur le chemin de l’école étaient en bottes. Je
prends un peu de retard, je manque de temps, je cours chez l’imprimeur. Je vais chercher
mes légumes et mon pâtisson à vélo. J’ai besoin de calme. { ci-dessous la super histoire
du tout petit chasseur qui voulait être ami avec les oiseaux colorés, les cadeaux de June
reçus par colis cet été et des meringues au citron un peu molles }

Publicités

Le soleil de fin d’après-midi, une ballade après le travail. Choisir un gros cailloux plat
pour casser les noix. Le dernier film d’Andreï Zviaguintsev sous la neige de banlieue russe,
la froide description d’un drame ordinaire, sans larmes. J’ai envie de revoir Le retour, son
premier film. J’ai à nouveau envie de sel et de lait comme quand j’étais petite, je pense
aussi au pain d’épices Prosper que l’on faisait griller. { ci-dessous du buis séché depuis
plus d’une année, une grappe cueillie cet été dans la cour de l’ancien théâtre Bacchus,
entre la rue de la Vieille Monnaie et la rue Lecourbe et mes nouveaux draps graphiques }

Des galettes bretonnes avec beaucoup de fromage, du cidre glacé, une chaude soirée.
Rêver que je perds toujours ma clé, rêver que l’on part sans moi. Prendre un peu de temps
avant l’orage, dans la cour en bas, pour travailler la terre. Fabriquer patiemment de petites
maisons bien cubiques au couteau. J’ai revu le Lycée Ledoux et son étrange architecture,
j’étais allée aux portes ouvertes quand Marie y faisait son BTS il y a longtemps. { ci-dessous
mes toiles carrées ressorties pour peindre et des formes et faire des collages papier }

Je recommence à noter mes rêves dans le petit carnet noir. Il y est question de rentrée
des classes et de chambres d’internat. Au bureau, une grosse libellule est venue se cogner
dans la fenêtre en face de moi. Je cherche pendant longtemps la forme d’un email à envoyer
bientôt. Je pédale pour aller voir Crash test Aglaé qui est drôle et triste à la fois, avec des
images et des plans très beaux comme je les aime. { ci-dessous les pulls d’intérieur pour
l’hiver dans la chambre blanche et les petits sablés gonflés au beurre salé }

J’écoute les voix de Lonny Montem et Guillaume Charret. Je les ai vu chanter en vrai
dans une librairie il y a deux semaines. Ils étaient au milieu des bande dessinées, Lonny
avait une belle robe. J’ai vu Grand froid au cinéma, un peu rigolé, surtout quand Bacri
explique qu’un corbillard ne fait jamais demi-tour. J’avais lu le livre de Joël Egloff il y a
des années, je ne me rappelais plus de l’histoire. Je n’ai pas de nouvelles de Basile, il
n’a pas répondu à mon long mail. { ci-dessous une poire triste affichée dans la cuisine
et ma bouture de chaîne des cœurs qui pousse bien }

Partir à dole samedi matin, le train rempli pour le départ du Tour de France. Les gros
travaux de la nouvelle maison, les enfants qui grandissent, cahiers de vacances, hand
spinner et clafoutis aux abricots. Faire les soldes entre filles, lire attentivement les infos
sur statuts fiscaux & sociaux, surligner. S’endormir en écoutant Bobby Lapointe. Rentrer
sous la pluie en sandales dimanche soir. Préparer mes grosses tomates très mûres pour
la semaine. { ci-dessous un nouveau pot doré à motifs gravés et les sacs accrochés }

Les journées et soirées remplies. Pas beaucoup de temps chez moi. Entre les deux
bureaux. La maison de Vivien et sa terrasse,
le live de Pink Floyd à Pompéi, du rosé,
du Porto, la tarte manquée aux abricots et au thym et finalement plusieurs salades
de riz.
La kinésiologie, les phrases répétées sur la culpabilité, les grandes inspirations
et l’émotion. 
L’épuisement, la chaleur, une nuit de treize heures. { ci-dessous mon Oxalis
Triangularis
et ses feuilles pourpres et la très jolie huile d’olive espagnole Bell Verd  }