archive

CURIOSITÉS

Une cagette de 5kg de cerises bien foncées. Une fête de la musique à voyager à deux,
sans trop de monde, un beau moment accoudés à un vieux comptoir d’habitués, retrouver
le haut balcon du 4, rue Thiémante, enfin celui d’à côté. Partir à Dole avec François, manger
dehors, deux barbecues, un lit trop petit et chercher les escaliers qui montent à la Collégiale
au milieu des endimanchés. { ci-dessous un sac trouvé sur Etsy et ma 2e brioche réussie }

La fine pluie qui n’arrête plus de tomber. Mon épaule et ma gorge qui vont mieux après
une longue nuit réparatrice, un thé dans la cuisine de Virg. Deux nouvelles bagues dorées,
quelques mites dans mes manteaux en laine, une petite jardinière pour la ciboulette et un
petit cube parfait de levure. Des tranches d’aubergine, une soupe au chou chinois, le bruit
du sourire, la nuit. { ci-dessous le si joli bouquet de François et mon nouveau pin’s Internet }

Un jeune homme dans le train avec un tee-shirt par-dessus sa chemise, des vieux tubes
hip-hop au dessus des escaliers, une grosse brioche avec beaucoup de pralines, un grand
soleil au parc du musée de la Mine, des super gens, une fête à la Brasserie stéphanoise,
quatre concerts à Ursa Minor dont Momo au micro et les bouchons d’oreille. Mavda qui me
partage son Milky Way et me dit de dessiner mes rêves sans me connaître. { ci-dessous une
des fleurs séchées des arbres de la cour de l’Arsenal et un pull en tricot rose et kaki }

Un tout petit coup de soleil sur la nuque. Une grande maison toute seule au milieu des
immeubles, deux cochons d’Inde et un bel escalier en bois. Des cerises charnues, mes
ballerines roses, regarder l’orage bien à l’abri sous les arcades. Préparer des courgettes
au Massalé réunionnais. Coller sur les murs de grandes affiches avec plusieurs textes.
Choisir celui de Prévert qui parle du temps perdu au travail. { ci-dessous mon pin’s Copain
du Web, une super chaîne YouTube qui me fait rire, et une robe Boden à pois roses clair }

Un vendredi soir inattendu et un week-end entier un peu magique. Le match de Roller
Derby d’Elsa, Sergio qui est revenu, la pluie qui ne s’arrête pas. Le très vieux vendeur de
vélo et son stock bordélique, les légumes rôtis, le fraisier d’anniversaire, le rock’n roll à la
gare d’eau avec le soleil qui chauffe le dos, Virginie et ses copines, et un des deux tout
petits jumeaux dans sa grande double poussette.
{ ci-dessous les jolis petits animaux
crées par la japonaise
Tsubasa Kuroda, fabriqués avec la technique du pompom en laine }

J’ai réussi mon caramel du premier coup. Mais il est vraiment difficile à travailler. Mes
parents sont partis randonner pendant un mois entier en Irlande, avec Virg on parle de
bungalow au bord de la mer sans trop savoir comment s’y prendre vraiment pour avoir
de chouettes vacances. J’ai cueilli un petit bout des fleurs roses d’un des arbres de la
cour, il est déjà en train de sécher sous une grosse pile de livres. { ci-dessous ma mini-
bouteille d’eau jaune en plastique qui rentre dans mon sac et un petit haut fleuri }

Marcher vite sous le chaud soleil pour rejoindre la gare, avoir envie d’être en sandales.
Une partie de badminton qui donne envie de trouver quelqu’un pour en faire un peu, un
parc à vers de terre, le froid de la collégiale et l’orgue, une cabane sous la bâche bleue,
un tiramisu d’anniversaire, des quizz de géo, math et anglais. Le ciel qui se remplit de
montgolfières, le train pour repartir qui a une heure de retard. { ci-dessous mon beau pull
jaune un pin’s Feminist doré et ma porte de bureau avec son motif géométrique scotché }

Terminer mes machines volantes imaginaires en carton et vieux tissu, les accrocher
au café avec les petites montgolfières. Y passer deux soirs entiers à préparer, décorer.
J’ai des chaussures en tweed, une montre à gousset, un chapeau melon prêté par Virginie
et je me suis cousu une fine
Lavallière blanche. Le soleil est déjà chaud, avec Virg nous
avons réussi à trouver une heure vide en commun pour nous asseoir dehors et en profiter
simplement. { ci-dessous les pots à pois en céramique de l’estonienne
Eeli-Ethel Polli,
ancienne graphiste et désormais basée près de la mer, au Danemark }

Des lasagnes aux carottes et les oignons qui piquent toujours autant les yeux. Des photos
d’objets blancs pour une future exposition, une ampoule qui manque et un rouge à lèvres rose
bio. Recevoir un colis surprise de Marie que je n’ai même pas encore eu le temps de lire, avec
du shampoing sec dedans fabriqué par ses soins. La soirée Jules Verne qui se rapproche trop
vite, un collage noir & blanc avec une pieuvre et des bottes de pluie. { ci-dessous mon squishy
en brique de lait rose trop mignonne et une crème de jour à la vitamine E The Body Shop }

Se lever tôt et partir à pieds à la gare, écrire plusieurs lettres à Dole sur la grande table à
manger avec les rayons du soleil. Un bon repas en famille, une ballade dans les rues et voir
Dominique A en vrai, le soir. Écouter religieusement tous mes morceaux préférés, observer
l’énergie, rentrer dans la nuit. Repartir le lendemain matin et faire une autre ballade, autour
de Besançon, grimper pour avoir le soleil jusqu’à la fin, jeter des pommes de pin au chien
Pirate, découvrir des petits sentiers, des jolis terrassements, rapporter un bouquet sec.
{ ci-dessous une tasse avec des chats dorés et ma lampe de luminothérapie au bureau }