archive

GRAPHISME, ILLUSTRATION, ETC.

Encore du calme et du repos. Écouter les remèdes à la mélancolie de Dominique A en
cuisinant une soupe assez rustique. Un demi céleri rave et les fanes de ma botte de radis.
Sortir un peu malgré le froid, abandonner le ciné à la vue des gens qui font la queue
jusque dans la rue. Décider de manger un éclair avec un chocolat chaud avec Victor dans
un canapé. { ci-dessous les créations de l’illustrateur anglais James Gilleard pour un atlas
des dinosaures. Un résultat rétrofuturiste, texturé et géométrique aux belles couleurs,
inspiré par les anciennes affiches de films }

Publicités

Les premiers petits sapins abandonnés apparaissent sur les trottoirs, les ouvriers de la
cour et les bruits sourds à travers les murs sont revenus aujourd’hui. Préparer une galette,
retrouver deux fèves en forme de poupées Russes, fabriquer une couronne en carton et
peinture. Les épisodes de Black Mirror comme des mythes Grecs futuristes ou des contes
moraux assez angoissants. { ci-dessous les collages surréalistes de Max Ernst dans l’édition
anglaise Dover et mon cadeau d’anniversaire qui parle et exécute ce que je lui demande }

Drôle de tourbillon de fin d’année. Les belles chaises du Vitra Design Museum et la
route du retour d’Allemagne sous le déluge. Des courses entièrement bio et préparer
des cookies pour le nouvel an en buvant déjà du champagne. Partir plus tard que
prévu jusqu’en Côte d’Or et faire un super repas. Le dortoir des copains, le vent qui
hurle, ma toux qui ne part pas, le retour à la réalité. { ci-dessous le super dictionnaire
optimiste conseillé par François et les bons conseils de Psychologie pour les créatifs }

J’ai récupéré la vieille terre de l’énorme pot du palier pour replanter les pousses que
Marta m’a donné. Il avait l’air d’être là depuis des années. J’ai cuisiné une grosse
courge Butternut et des spaghetti de carottes, je n’aime pas la cannelle. Ni l’odeur,
ni le goût, ni le nom. J’ai rêvé que je faisais des études pour être ostéopathe. Etienne
arrive ce soir, ensuite ce sera Noël, ensuite ce sera bientôt 2018. { ci-dessous les
peintures à l’huile et au fusain hyper-réalistes de
Stephanie Buer, basée à Portland.
Elle explore les bâtiments abandonnés de Détroit ou les zones urbaines délaissées }

La Ville accroche déjà les décorations de Noël dans les rues. J’ai envie de clémentines
et de kakis. J’ai rapporté plein de bonnes choses des Frères Tang, eu des nouvelles de
Constance et rattrapé toutes les dernières émissions des Petits Bateaux pas encore
écoutées. J’aimerais aller au ciné, il y a plein de films qui m’intéressent mais je ne prends
pas le temps. { ci-dessous les nouvelles Kickers d’automne à poils et de toutes petites
cartes carrées en carton recyclé que j’ai fait imprimer gratuitement ! }

Quand je suis trop fatiguée je ne trouve plus mes mots. Plusieurs fonds de poches
troués, un peu de rafistolage. Retrouver la texture et le plaisir de manger du Halva au
goût de sésame sucré. Et toutes les bonnes choses rapportées par Nathan, du muesli
maison, des morceaux de pomme séchée et de la mélasse de grenade. Se brûler un
peu la chair du pouce ce matin. 
{ ci-dessous les dessins feutrés et diffus de Gale Antokal,
née à New-York. Un mélange de craie, graphite, farine et cendre }

Manger beaucoup de viande chez Damien, rentrer tard dans le froid humide. Dormir à
peu près tout le reste du week-end, remettre à demain. Écouter la petite Josette d’Anne
Sylvestre, un des vinyles de notre jeunesse. Se rappeler aussi les balades du dimanche
au kiosque du parc de Fesches-le-Châtel, chez Charlotte & Mathilde quand on était petites.
Penser au crayon que l’on appelait « jaune-orange » et qui servait pour la couleur de la peau.
{ ci-dessous les illustrations de Kirsten Beets, née à Cape Town en Afrique du Sud la même
année que moi. Une peinture à l’huile moderne et parfois très graphique }