archive

GRAPHISME, ILLUSTRATION, ETC.

Toujours aussi difficile de faire des choses le lundi soir. Un lever très tôt samedi pour Dijon,
des discussions sur la réinsertion post-carcérale et l’évocation du programme Respecto mis
en place en prison. Vers midi, nous avons pris le chemin du restaurant par groupe de deux.
Sylvie, tout en me racontant comment se passe sa récente correspondance, a sorti un petit
peigne et s’est mise à coiffer ses cheveux courts assez rapidement, avant de le ranger dans
son sac. { ci-dessous les belles cartes représentant les villes polonaises et un beau livre
d’illustration trouvé au musée musée d’ethnographie de Varsovie : Puste Miejsce Przy Stole }

Publicités

Un passage à Lyon à l’atterrissage, du mauvais vin rouge et une cantine japonaise.
Retrouver un frigo vide et le bureau, rater un mariage automnal à cause du travail, visiter
quand même une ancienne usine horlogère conçue par Auguste Perret et voir encore
une cellule de prison avec des inscriptions, où les résistants du coin attendaient leur tour.
Croiser Damien aux toilettes, attraper un peu froid. { ci-dessous les jolies illustrations de
Natalia Colombo, née en Argentine. Elle publie de nombreux livres pour enfants colorés
et coloriés et participe à des expositions un peu partout dans le monde }

La mâchoire toute endormie après le passage chez la gentille dentiste, la douleur plus
tard, au réveil. Aller acheter une plante qui s’appelle Crassula comme consolation et
récompense. Goûter plusieurs parfums de glaces avec Jean-Philippe, s’engager un peu
pour une association d’éducation numérique populaire et voir la longue fin d’Harry Potter.
{ ci-dessous les jolies illustrations de la londonienne Alice Pattullo, notamment ce super
abécédaire des animaux très coloré, imprimé en sérigraphie }

Mes ongles qui deviennent blancs sous les ultraviolets de l’Antonnoir. Le mélange Mojito
tout fait d’Arthur, le tee-shirt renard de Bibi et les fauteuils dans la cour de Noëlie pour son
petit déménagement. Grimper la rue de Chalezeule pour le barbecue d’Émilie, grimper encore
plus pour aller dans la piscine de la grand-mère à Romain. Marcher sur un truc qui pique, se
faire écraser le mollet par une chaise pliante. Faire des brasses dans l’eau rafraîchissante,
redescendre avec Damien et attendre que la nuit tombe, rater les feux, prendre le cimetière
en photo depuis la rue. { ci-dessous les muffins carotte-mozza et la belle affiche du spectacle
Pleine Lune, mis en scène par la compagnie Pernette avec les résidents de Novillars }

Le dimanche matin, très tôt, je suis allée acheter du bon pain bien cuit. Personne dans
les rues et le petit air frais. Les plantes qui ont très soif,
un sirop de noisette qui me réjouis
puis m’écœure. Attraper le train au dernier moment, choisir chacun ses ingrédients sur la
grande pizza, s’allonger sur une chaise longue en bois. Manger un poisson avec Bibi
et se demander comment je faisais avant, pour manger la peau et les écailles. { ci-dessous
les peintures de l’australienne Lucy Roleff, elle s’inspire des objets qui l’entourent et du
quotidien de son appartement lumineux de Melbourne }

Des mouches vraiment pénibles, quelqu’un qui fait des bulles par une fenêtre, le vernis
à ongles qui ne sèche pas. Trois petits bouts de feux d’artifice derrière la colline, être
contente d’avoir un peu froid. Deux petits cadavres momifiés d’oisillons et des mini asticots
dans la poubelle. Saisir le temps qui passe sur le visage d’un ancien camarade de classe.
{ ci-dessous les illustrations de la roumaine Oana Befort, habitant aux états-Unis. Elle
représente à l’aquarelle des fleurs et oiseaux très folkloriques et bucoliques }

Encore du calme et du repos. Écouter les remèdes à la mélancolie de Dominique A en
cuisinant une soupe assez rustique. Un demi céleri rave et les fanes de ma botte de radis.
Sortir un peu malgré le froid, abandonner le ciné à la vue des gens qui font la queue
jusque dans la rue. Décider de manger un éclair avec un chocolat chaud avec Victor dans
un canapé. { ci-dessous les créations de l’illustrateur anglais James Gilleard pour un atlas
des dinosaures. Un résultat rétrofuturiste, texturé et géométrique aux belles couleurs,
inspiré par les anciennes affiches de films }