archive

GRAPHISME, ILLUSTRATION, ETC.

Deux départs annulés, pas de Vienne ou de Corrèze, peut-être quand même les Alpes
à la fin de la semaine. Besançon en août, pas si vide. Les touristes,
les soirs orageux.
Le vent agréable et le ciel très noir, puis les grosses gouttes. Je n’ai pas quitté mon
petit short en jean, de petites araignées qui s’installent chez moi. { ci-dessous le travail
de l’artiste
Bunnie Reiss, originaire de Los Angeles : des photos colorées de son travail
textile, costumes cosmiques et des peintures murales poétiques et tribales }

L’ambiance gelée de la troisième saison de Fargo. Les poussins rigolos du Grand
méchant renard, dont un qui s’appelle Michel. Une émission sur Manu Larcenet, la
salle d’attente du dentiste et le magazine IDEAT, le patient arrivé en skate, la dame
qui devait rejoindre sa cousine au cinéma et qui est arrivée trop tard. La belle et
jeune Ava qui tombe amoureuse pour la première fois et qui donne envie de folie.
{ ci-dessous les montages du graphiste allemand Matthias Jung : de drôles de
maisons imaginaires flottantes, crées par assemblage de différentes photos }

Organiser un barbecue sur la terrasse du bureau, des saucisses, une tarte aux fraises.
Filer à vélo pour passer la soirée à Jours de Fête, trouver un vieux poche d’Arthur Upfield
à un euro et croiser d’anciens profs. Les températures qui descendent enfin un peu, le
vent frais, les nuits plus longues, le chocolat à la fin du cône vanille. Partir sauver Najat
avec du rosé frais, discuter dans sa cuisine. Les madeleines au miel et à la fleur d’oranger
du dimanche. { ci-dessous les jolies boites SCOP-TI et les calissons d’Aix de Noël dernier }

Les journées et soirées remplies. Pas beaucoup de temps chez moi. Entre les deux
bureaux. La maison de Vivien et sa terrasse,
le live de Pink Floyd à Pompéi, du rosé,
du Porto, la tarte manquée aux abricots et au thym et finalement plusieurs salades
de riz.
La kinésiologie, les phrases répétées sur la culpabilité, les grandes inspirations
et l’émotion. 
L’épuisement, la chaleur, une nuit de treize heures. { ci-dessous mon Oxalis
Triangularis
et ses feuilles pourpres et la très jolie huile d’olive espagnole Bell Verd  }

Aller voter puis le regretter, encore. Le soir, partir lire sur la pierre encore chaude, tout en
haut de la rue de la vieille Monnaie. Le soleil qui se couche, le ciel orange, un chat noir qui
saute après les oiseaux. Croiser par hasard un ami, s’asseoir jusqu’au lever de la lune très
lumineuse. Des nuées de petits papillons blancs se posaient sur nous. { ci-dessous les
illustrations de la russe Victoria Antolini, basée maintenant en Italie. Collages, feutres,
peinture et crayon, elle rêve de partir en voyage sur un navire géant en papier ! }

Il fait enfin assez doux la nuit maintenant, pour enlever l’épais boutis bleu de mon lit et
le ranger jusqu’à l’hiver prochain. Je cuis des asperges à la vapeur, j’utilise aussi les tiges
des oignons nouveaux qui sentent la ciboulette. C’est bientôt la période où le soleil de la
journée
permet avec facilité d’enfiler n’importe quelle robe et des sandales sans réfléchir.
Une playlist avec mes dix morceaux préférés de Radiohead. { ci-dessous les super peintures
du parisien Thomas Lévy-Lasne. Il représente de manière figurative avec les techniques
des siècles passés des scènes très modernes qui témoignent du monde actuel }

Grand soleil, partir marcher toujours un peu plus loin. Croiser les joueurs de pétanque
qui étaient déjà là l’autre soir, sous la pluie fine. Grimper encore, au milieu des chenilles
suspendues à leur fil. Derrière le fort, au-dessus de la colline, un grand espace ouvert
au vent où rien ne pousse. À part quelques tout petits épineux. La vue qui surplombe
l’immense ancienne usine Rhodiacéta. Redescendre par le Chemin des Ragots, longer
les haies fleuries et les belles maisons. { ci-dessous le travail de l’illustrateur Ray Oranges
basé en Italie. De belles créations ultra-colorées, minimalistes et géométriques }