archive

LA CUISINE

Retrouver Virg après plus d’un mois je crois. Un délicieux et gros gratin de côtes de
bettes et des serviettes en papier avec un teckel de Noël. Une réunion efficace, un
Mont d’Or, encore un sandwich au thon et un documentaire sur Radiohead. Ressortir
le bonnet gris, s’acheter un énième rouge à lèvre et faire une petite sieste. Des copains
pour le week-end. { ci-dessous un trio de poires de novembre et mes chaussettes
Boden avec des faisans dessus, j’en ai aussi avec des lapins et des renards }

La pluie et le soleil qui alternent, mes cheveux qui continuent de beaucoup friser sur
le devant, là où ils sont longs. Je dois aller faire couper ceux de derrière. Les feuilles de
la cour qui sont de toutes les couleurs et la mousse très verte entre les pavés. Choisir
des jolis papiers et les plier en bateaux pour les guirlandes. Se replonger dans l’html et
le CSS et repenser à Rilès, le lapin si doux avec son petit nez qui bouge tout le temps.
{ ci-dessous le romarin rapporté du sud et le livre de collages de Bill Noir acheté à Dole }

.

La vraie reprise du travail, à la moitié du mois de septembre. Écouter les gens raconter
leur premier souvenir, chercher le mien. La jeunesse de certaines voix à la radio, la drôle
de pharmacienne qui finit ses conseils avec la voix qui monte comme si elle posait une
question. Aider Elsa pour la mise en page de son mémoire, deux quiches d’anniversaire.
{ ci-dessous un souvenir des soupes aux fanes de radis de l’été, comme un avant-goût
de celles d’hiver aux poireaux à venir et ma robe légère noire à pois blanc avec son col }

La pluie, le froid nouveau. Habillée comme une rentrée de septembre avec des chaussures
neuves et un pantalon gris. Je reprends l’écriture quotidienne de mes rêves. Coller les
étiquettes crées pour le miel de mon ami Olive avec un peu de lait, embouteiller la bière
de François le dimanche, partir ensuite les deux à vélo le long du Doubs. { ci-dessous les
Niniches, sucettes colorées rapportées de Bretagne début juillet et un mini-livre de 1969
qui traite très sérieusement de la graphologie, trouvé à l’ARScyclerie de Hôp Hop Hop }

IMG_0415

La drôle d’histoire d’un menuisier de la fin du XIXe siècle qui laisse ses confessions
sous le parquet qu’il est en train de refaire dans un château des Hautes-Alpes. Des
sèches et des cannelés, une grosse tarte au sucre avec de la levure comme celles
de la maman de ma maman. Cacher les lumières du salon la nuit,  regarder Toy Story 4
en très mauvaise qualité. { ci-dessous mon fidèle ventilateur jaune vital pendant les
épisodes de canicule au bureau et de jolies boîtes de sardines de La belle-iloise }

IMG_0317

Reprendre le chemin du Jura, s’installer un petit campement à quatre au milieu des
hollandais, monter les tentes et gonfler les matelas, visiter les alentours roses. Une
piscine, une rivière froide et un lac bleu turquoise. Deux maillots à rayures, le bruit des
gouttes de pluie sur la toile, le bruit rigolo des canalisations et la guerre pour les tours
de vaisselle. Un hamac, rigoler en lisant une bd de Fabcaro, un orage, une cascade.
{ ci-dessous les clafoutis-cerise du début de l’été et les gnocchis faits-maison }

Se rendre compte que l’on aime passer l’éponge au sens propre comme au sens
figuré. Deux longs trains remplis et ravitaillés en eau. Les tuileries de Colette Magny
dans les oreilles, comme souvent. Refaire son lacet dans l’escalator. Partir en Bretagne
le vent, les coquillages, les chèvrefeuilles, le cri des mouettes et le poisson frais. Une
crêpe au caramel beurre salé, { ci-dessous mes nouvelles belles bagues Lou Yetu et
un grand saladier des cerises de la semaine dernière }