archive

LA CUISINE

Mes ongles qui deviennent blancs sous les ultraviolets de l’Antonnoir. Le mélange Mojito
tout fait d’Arthur, le tee-shirt renard de Bibi et les fauteuils dans la cour de Noëlie pour son
petit déménagement. Grimper la rue de Chalezeule pour le barbecue d’Émilie, grimper encore
plus pour aller dans la piscine de la grand-mère à Romain. Marcher sur un truc qui pique, se
faire écraser le mollet par une chaise pliante. Faire des brasses dans l’eau rafraîchissante,
redescendre avec Damien et attendre que la nuit tombe, rater les feux, prendre le cimetière
en photo depuis la rue. { ci-dessous les muffins carotte-mozza et la belle affiche du spectacle
Pleine Lune, mis en scène par la compagnie Pernette avec les résidents de Novillars }

Publicités

Un burger aux noix et du rhum avec deux piments dedans. Entendre la musique de
Jours de danse depuis mon lit, rater le match de samedi, la chaleur qui fatigue. Attendre
le soir pour sortir. Se retrouver dans une cave bien fraîche de la rue Battant, essayer la
batterie et taper sur des congas, pas en rythme. S’interroger sur l’utilité du sucre vanillé.
Avoir e
nvie de baignade dans la rivière, faire des rêves de piscines étranges et à étages et
de vieilles fontaines. { ci-dessous les cerises de Haute-Saône et le clafoutis du dimanche }

Organiser un hasard secret et boire un sirop avec Suzanne et ses deux paires de lunettes,
Foudil dans son fauteuil et Sandrine qui parle de ses colliers en lacets. Quelques jours plus
tard, partir avec Virg voir un spectacle à la Rodia avec les résidents de l’hôpital de Novillars,
les voir danser, parler et chanter tout simplement. Rire, se dire qu’ils sont beaux et que la
joie est simple, avoir envie de bouger les bras aussi, comme les branches de l’arbre. Revenir
dans le vent du soir, regarder la pleine lune, se croire en vacances. { ci-dessous la carte
gravée par Aurélien Benoist et ma soupe de céleri au lait de coco et graines de lin }

Être réveillée par le bip régulier et aigu de l’alarme incendie qui me signale de lui changer
sa grosse pile plate. Partir en oubliant de mettre mes bagues, mes ballerines roses vernies
aux pieds. Des réserves de pain au marché bio, le soleil qui se couche très tard et se lève
très tôt, trop de post-its, les guerres sous Louis XIV, un roi avec une signature d’enfant et
moi qui oublie toujours de signer mon travail. { ci-dessous de nouvelles plaquettes du si
beau et bon chocolat vietnamien Marou et la pile de livres en attente }

Croiser Nico à l’arrêt de bus, passer la journée assise dans l’école des Beaux-Arts,
écouter, parler aussi à la fin. De belles rencontres, une prédiction sur les personnes
du signe Sagittaire. Rester pour la présentation des diplômes, un jeune homme
accroché au mur par du scotch gris, plusieurs buffets. Le cri strident des hirondelles,
et la découverte
de galettes feuilletée venant du Maghreb et appelées Msemmen.
{ ci-dessous la mousse de betterave au basilic et mon maillot de bain rayé pour l’été }

Aimer le beau film de Christophe Honoré et toutes ces petites choses déjà oubliées
des années 90. Un paquet de Dinosaurus, du vin italien, un orage tous les soirs. Regarder
avancer la grosse barrière de nuages noirs à l’abri sous les arcades. Le vent qui souffle
et crée des petites vagues sur le Doubs, les rafales de pluie. De nouveaux draps colorés,
une nouvelle jupe à rayures de la poste aérienne en coton solide. { ci-dessous les jolies
trouvailles du magasin Søstrene Grene et les feuilles de basilic fraîchement coupées }

Être accueillie par Virg, passer l’après-midi sur son canapé et sous son plaid. Être
apaisée de la voir plier doucement ses chutes de tissus pour les faire rentrer dans
ses belles boites. Rejoindre Marta au marché bio, boire un sirop de citron et rentrer
vite en sandales pour échapper à la pluie orageuse. Rater la visite du musée des
beaux-arts vide, boire un Vermouth catalan accompagné d’olives à l’orange. Se
poser des questions sur un futur déménagement.. { ci-dessous les sandales dorées
dans les pâquerettes et une pizza avec du basilic frais coupé sur la fenêtre }