archive

LA CUISINE

Regarder les membres de la famille royale anglaise jouer au polo, rejoindre à vélo la
longue manifestation qui serpente de ponts en ponts, ranger l’agenda 2019 parmi ses
prédécesseurs sur l’étagère, chérir le petit nouveau 2020 tout rose avec sa couverture
en tissu et terminer les derniers dossiers. De vrais congés, enfin, un départ à deux pour
une semaine à Paris sous la pluie et un peu de vacances sur le blog. { ci-dessous ma
belle théière blanche et bois et mes nouveaux draps à motif avec un peu de jaune }

Recevoir des mails destinés à une homonyme suisse, décider de lui écrire une carte.
Plier des sapins blancs comme à Dole l’année dernière pour faire joli au marché de Noël,
préparer mes petits trucs à vendre. Un peu de temps au ciné, le dernier Guédiguian qui
rend triste et une histoire intrigante sous forme de puzzle entre la Lozère et Abidjan. Un
rêve avec une allée d’arbre et un tapis de feuilles mortes toutes jaunes { ci-dessous les
fruits et légumes verts regroupés ensemble et le nouveau linge de bain bleu marine }

Partir au Théâtre dans la nuit, cinq garçons un peu acrobates avec des trucs qui leur
tombe dessus. Les enfants qui rigolent, au premier rang. Beaucoup de pétards claque-
doigt, de farine et de papier mâché, et une attaque de balles de tennis. La confirmation
que la chute et la surprise sont les meilleurs ingrédients du rire. Un déodorant qui sent
la piña colada, la découverte d’un super projet musical de Londres. { ci-dessous une
soupe d’épinards et les petites demi-lunes aux amande fabriquées dimanche dernier }

 

Une nouvelle étagère au bureau, très vite remplie. De la place pour mes dossiers, et
deux nouvelles lampes vertes. Un vieux sous-main en cuir, une grosse tasse ronde avec
un teckel noir. Jeter sans faire exprès mon antivol de vélo dans une grosse poubelle
jaune, s’en vouloir beaucoup puis tenter plutôt d’en rire. { ci-dessous mon pull léopard
tout doux qui est devenu bleu-vert bizarre après un accident de lavage. Et mes tissus
en cire d’abeille pour remplacer le film plastique dans la cuisine ou l’aluminium }

Retrouver Virg après plus d’un mois je crois. Un délicieux et gros gratin de côtes de
bettes et des serviettes en papier avec un teckel de Noël. Une réunion efficace, un
Mont d’Or, encore un sandwich au thon et un documentaire sur Radiohead. Ressortir
le bonnet gris, s’acheter un énième rouge à lèvre et faire une petite sieste. Des copains
pour le week-end. { ci-dessous un trio de poires de novembre et mes chaussettes
Boden avec des faisans dessus, j’en ai aussi avec des lapins et des renards }

La pluie et le soleil qui alternent, mes cheveux qui continuent de beaucoup friser sur
le devant, là où ils sont longs. Je dois aller faire couper ceux de derrière. Les feuilles de
la cour qui sont de toutes les couleurs et la mousse très verte entre les pavés. Choisir
des jolis papiers et les plier en bateaux pour les guirlandes. Se replonger dans l’html et
le CSS et repenser à Rilès, le lapin si doux avec son petit nez qui bouge tout le temps.
{ ci-dessous le romarin rapporté du sud et le livre de collages de Bill Noir acheté à Dole }

.

La vraie reprise du travail, à la moitié du mois de septembre. Écouter les gens raconter
leur premier souvenir, chercher le mien. La jeunesse de certaines voix à la radio, la drôle
de pharmacienne qui finit ses conseils avec la voix qui monte comme si elle posait une
question. Aider Elsa pour la mise en page de son mémoire, deux quiches d’anniversaire.
{ ci-dessous un souvenir des soupes aux fanes de radis de l’été, comme un avant-goût
de celles d’hiver aux poireaux à venir et ma robe légère noire à pois blanc avec son col }