archive

LA CUISINE

Être accueillie par Virg, passer l’après-midi sur son canapé et sous son plaid. Être
apaisée de la voir plier doucement ses chutes de tissus pour les faire rentrer dans
ses belles boites. Rejoindre Marta au marché bio, boire un sirop de citron et rentrer
vite en sandales pour échapper à la pluie orageuse. Rater la visite du musée des
beaux-arts vide, boire un Vermouth catalan accompagné d’olives à l’orange. Se
poser des questions sur un futur déménagement.. { ci-dessous les sandales dorées
dans les pâquerettes et une pizza avec du basilic frais coupé sur la fenêtre }

Publicités

Une longue ballade du dimanche avec Max. Marcher doucement en parlant. Une carpe
échouée, une gueule de loup violette qui sèche maintenant entre deux gros livres, presque
pas d’insectes. Pas de coups de soleils mais de belles ampoules qui font très mal. La
grande terrasse ombragée du restaurant à l’entrée de Chalèze, le Doubs qui coule,
quelques bières et des pistaches. { ci-dessous les petits pains au lait au chocolat avec
un peu de farine de maïs et des samossas maison également, au bœuf et au cheddar }

Travailler le premier jour du mois de mai parce que je fais comme il me plait. Aller
marcher quand même une heure entière en fin d’après-midi à travers la verdure. Une
nouvelle arrivante à l’atelier pour occuper l’espace libre, une grosse playlist de folk.
Essayer de trouver mon pire et mon meilleur souvenir.. ne pas y arriver, ou ne pas en
avoir vraiment envie. { ci-dessous une fougasse au fromage de chèvre fabriquée avec
la levure qu’il me restait, avec aussi du miel et les feuilles du basilic de la fenêtre }

Le monsieur derrière moi au cinéma qui commente tout à voix haute et fredonne à la
fin sur la reprise de Bashung. Je ne sauverais que la première scène de Place Publique,
Bacri se trémoussant maladroitement sur Kenny Arkana. Je me réveille naturellement
du plus en plus tôt, avant la sonnerie. Le curcuma de mes recettes rend jaune tous mes
récipients. { ci-dessous les pousses que m’avait donné Marta avant l’hiver et qui com-
mencent enfin à grandir, et un délicieux bol de brocoli rôti à l’ail et au parmesan }

J’ai envie de mettre des sandales. Un sirop de citron en terrasse, une sieste avec les
fenêtres ouvertes et les merles qui vont et viennent. J’ai un mélange d’huiles essentielles
que je peux vaporiser au dessus des oreillers pour bien dormir. La nationale monotone
jusqu’en Haute-Saône, la place de l’église et les copains. Essayer d’écrire de la main
gauche, danser. Rentrer et se tromper un peu de route. { ci-dessous les chaussettes
Boden très jolies dans leur boite jaune et les couleurs des M&M’s dans leur bocal }

Olive est passé me voir, je pendais mon linge, les fenêtres ouvertes. On est partis faire
le tour de la boucle du Doubs en discutant. J’ai fait fondre les oeufs au chocolat de
Pâques pour fabriquer des gâteaux. Je ne sais pas comment je me rappelle qu’Ithaque
est l’île d’Ulysse et Pénélope. Le soir en rentrant du bureau, mes yeux piquent. Sur mes
poignets, je mets quelques gouttes du mélange d’huiles essentielles préparés par ma
maman pour bien dormir. { ci-dessous les pois cassés qui trempent avant la soupe et
le chou rouge râpé en salade, avec des pommes, des noisettes et des radis }

L’anniversaire de Victor, alors encore du punch. Le petit livre en tissu que Virg est en
train de coudre pour son neveu qui s’appelle aussi Victor, les belles bottes de pluie et
une robe kaki à pois dorés pour l’été qui viendra. Je viens de finir un petit Moleskine
noir rempli de récits de mes rêves de novembre 2014 à aujourd’hui. Je continue à
prendre une photo par jour. { ci-dessous les petits sablés au beurre salé empilés et
ma nouvelle ceinture toute simple en très beau cuir }