archive

LA CUISINE

J’ai réussi mon caramel du premier coup. Mais il est vraiment difficile à travailler. Mes
parents sont partis randonner pendant un mois entier en Irlande, avec Virg on parle de
bungalow au bord de la mer sans trop savoir comment s’y prendre vraiment pour avoir
de chouettes vacances. J’ai cueilli un petit bout des fleurs roses d’un des arbres de la
cour, il est déjà en train de sécher sous une grosse pile de livres. { ci-dessous ma mini-
bouteille d’eau jaune en plastique qui rentre dans mon sac et un petit haut fleuri }

Publicités

Pleurer dès la première scène du nécessaire documentaire Coming Out dans les salles
en ce moment. Les belles photos d’Elisa exposées en face de mon bureau, travailler un
peu dimanche, vendre mes robes vraiment pas cher samedi à l’abri de la pluie, cuisiner
de délicieux gressins avec la levure qu’il me restait. { ci-dessous mes rillettes vegan aux
lentilles vertes et verts de poireaux, avec de l’ail, de l’huile d’olive, soja et cajou. Et puis
une nouvelle jupe longue, plissée, fleurie et colorée que j’attends de pouvoir mettre }

Un samedi après-midi assise sur les tapis des bureau à découper, coller, imaginer. Un
rendez-vous dans le café ensoleillé juste à côté. Des étiquettes de pots de miel. Quelques
bières et un joli vernissage sur le thème des cailloux avec le délicat travail du papier
d’Anne Habermacher que j’aime beaucoup. Des falafels dans un sandwich, l’évocation
du Baleinié. Du repos, de la pluie et des bricks aux poireaux fêta curcuma. { ci-dessous
le Halva aux pistaches qui vient de Grèce et sa jolie boîte de conserve colorée }

Une robe verte avec des perroquets, rater les portes ouvertes de mon ancien lycée,
des voisins qui reviennent s’installer des années après l’incendie. J’arrive à partir de chez
moi sans parapluie, c’est plutôt récent. Mes cheveux frisent, ils le font de plus en plus, ils
n’étaient pas comme ça avant. De la compote de pommes et des œufs brouillés. Ma cicatrice
d’Harry Potter. { ci-dessous ma belle BD d’anniversaire offerte par mon cousin Damien et
le bon Gin japonais de Noël, offert par mon petit frère Etienne }

Une semaine intense à Paris. Le train Suisse avec les gens qui racontent leur vie dedans,
un dossier à gérer plus long que prévu, peu de sommeil. Puis Belleville et Ménilmontant,
un perroquet gris du Gabon en vitrine, Godspeed dans les toilettes, une grande église et
ses escaliers, les terrasses des bistrots et leurs carrelages aussi. Les compteurs de décibels,
les ballons de rouge et la fermeture avec France Gall. Beaucoup d’Earl Grey et encore le
tour du cimetière. { ci-dessous les lectures et le CD de Miles Oliver découvert à Besançon }

Le givre du matin puis le soleil, un peu. Très déçue par Meaulnes au théâtre, à peine
moins par Pierre et le Loup. Je retiens le bruit de l’orchestre qui s’accorde et les drôles
de costumes des chasseurs. Un peu de vin avec Elsa, une grande table en Formica rouge
puis une assiette ThaÏ avec du tofu. Relire le poème de Prévert avec les escargots qui vont
à un enterrement. { ci-dessous le bocal rempli des bonbons de mon enfance et le beau
portefeuille que j’ai reçu en cadeau après la perte de mon porte-carte une nuit de novembre }

Je double ma paire de chaussettes le matin. J’en cherche aussi des grandes et épaisses
pour la maison. Je me rappelle d’un jeu rigolo que les deuxièmes années de BTS nous avaient
fait faire pour une sorte de soirée d’intégration. Les yeux bandés, manipuler un objet pendant
quelques secondes seulement et dessiner ensuite le plus précisément possible ce que l’on
a cru toucher. { ci-dessous les marrons de l’automne et les nouvelles lunettes que je mets
quasiment tous les jours, au détriment des lentilles. Rondes et plates sur le dessus }