archive

LA CUISINE

Une cagette de 5kg de cerises bien foncées. Une fête de la musique à voyager à deux,
sans trop de monde, un beau moment accoudés à un vieux comptoir d’habitués, retrouver
le haut balcon du 4, rue Thiémante, enfin celui d’à côté. Partir à Dole avec François, manger
dehors, deux barbecues, un lit trop petit et chercher les escaliers qui montent à la Collégiale
au milieu des endimanchés. { ci-dessous un sac trouvé sur Etsy et ma 2e brioche réussie }

Se lancer dans la confection d’un kilo et demi de gnocchis, les façonner un à un à la
fourchette en écoutant des podcasts féministes qui parlent de football ou de Septima
Poinsette Clark. Aller acheter les Cahiers d’Esther – 13 ans pour Lou, faire encore un
pique-nique avec des cerises. Des nouveaux verres et des petits tupperwares en bam-
bou, le chat qui miaule fort et rauque le soir, la nuit et le matin. { ci-dessous mes bretzels
maison et le guide d’architecture de chez socialistmodernism, Roumanie et Moldavie }

Hier soir pendant la cuisson de ma soupe, penchée à ma fenêtre, j’ai remarqué pour
la première fois une girouette sur un toit du centre diocésain. Elle a une flèche d’un côté
et de l’autre un ange qui joue de la trompette. Les vieux copains réunis au café du bureau
pour un concert, la caravane dans la cour, en bas. Un nouveau pin’s ringard qui promeut
internet et un livre sur l’architecture social-moderniste en Roumanie et Moldavie. { ci-dessous
un peignoir jaune à plumes et un gâteau au yaourt dans le moule rond trouvé à la Recyclerie }

J’ai réussi mon caramel du premier coup. Mais il est vraiment difficile à travailler. Mes
parents sont partis randonner pendant un mois entier en Irlande, avec Virg on parle de
bungalow au bord de la mer sans trop savoir comment s’y prendre vraiment pour avoir
de chouettes vacances. J’ai cueilli un petit bout des fleurs roses d’un des arbres de la
cour, il est déjà en train de sécher sous une grosse pile de livres. { ci-dessous ma mini-
bouteille d’eau jaune en plastique qui rentre dans mon sac et un petit haut fleuri }

Pleurer dès la première scène du nécessaire documentaire Coming Out dans les salles
en ce moment. Les belles photos d’Elisa exposées en face de mon bureau, travailler un
peu dimanche, vendre mes robes vraiment pas cher samedi à l’abri de la pluie, cuisiner
de délicieux gressins avec la levure qu’il me restait. { ci-dessous mes rillettes vegan aux
lentilles vertes et verts de poireaux, avec de l’ail, de l’huile d’olive, soja et cajou. Et puis
une nouvelle jupe longue, plissée, fleurie et colorée que j’attends de pouvoir mettre }

Un samedi après-midi assise sur les tapis des bureau à découper, coller, imaginer. Un
rendez-vous dans le café ensoleillé juste à côté. Des étiquettes de pots de miel. Quelques
bières et un joli vernissage sur le thème des cailloux avec le délicat travail du papier
d’Anne Habermacher que j’aime beaucoup. Des falafels dans un sandwich, l’évocation
du Baleinié. Du repos, de la pluie et des bricks aux poireaux fêta curcuma. { ci-dessous
le Halva aux pistaches qui vient de Grèce et sa jolie boîte de conserve colorée }

Une robe verte avec des perroquets, rater les portes ouvertes de mon ancien lycée,
des voisins qui reviennent s’installer des années après l’incendie. J’arrive à partir de chez
moi sans parapluie, c’est plutôt récent. Mes cheveux frisent, ils le font de plus en plus, ils
n’étaient pas comme ça avant. De la compote de pommes et des œufs brouillés. Ma cicatrice
d’Harry Potter. { ci-dessous ma belle BD d’anniversaire offerte par mon cousin Damien et
le bon Gin japonais de Noël, offert par mon petit frère Etienne }