archive

LA PHOTO

Aller voir Woman at War au cinéma au dernier moment : une militante écologique islandaise
qui se transforme en prof de chant, un groupe de musiciens dans le décor et un chœur ukrainien
sous la pluie. Une sœur jumelle prof de yoga, un malchanceux migrant à vélo. Un glacier puis
une source chaude, le visage dans la mousse, un masque de Nelson Mandela, la photo d’une
petite orpheline. Du Taï Chi devant la télévision, les portables dans le congélateur et des tracts
lancés depuis les toits. La traque palpitante et drôle d’une héroïne ordinaire. { ci-dessous le travail
de Michael Belhadi, une collection d’images de divers endroits un peu énigmatiques et colorés }

Publicités

Profiter du dernier jour de chaleur étouffante pour retourner dans l’eau, rapporter des
cailloux très blancs, jouer un peu avec le courant, s’allonger à l’ombre du pont, boire
des verres à la terrasse d’un hôtel-restaurant, les tables toutes réservées, une fondue au
comté, un sketch des Monty Python et les rues d’Arbois. L’orage, la nuit, les rideaux qui
volent puis le frais et une moitié de Twix avec Victor. { ci-dessous les belles photos claires
et lumineuses du quotidien de Charlotte Aiken, anglaise basée à Sydney }

Aller voir Vierges au cinéma : une station balnéaire au nord d’Israël, un café vide, une
rumeur de sirène, le bruit des vagues et les piqures de méduse. Une berceuse chantée
en français, deux vieux joueurs d’échecs et un maître nageur. Plusieurs générations de
femmes. La rage, l’envie d’aventure, l’innocence. Un beau jeune homme attirant. Une fête
à paillettes et cette petite fille habillée en princesse avec son collier de perles, des algues
sèches et des coquillages qui s’entrechoquent dans un vieux filet de pêche. { ci-dessous
les photos de l’australien Ben Thomas  et ses paysages flous aux couleurs éclatantes }

J’ai reçu mes belles sandales en cuir rouge verni. Une pastèque d’anniversaire, filtrée
trois fois. Des cookies dans une jolie boite rose avec un lapin à lunettes, des petits
cadeaux, la terrasse de Virg. Les travaux dans la rue, la poussière. Le bruit de la tondeuse,
dans la cour. Des cônes glacés. { ci-dessous les magnifiques photos d’Aron Klein, parti
documenter un rituel ancestral païen pratiqué dans les régions montagneuses de la Bulgarie :
des danses masquées et costumées avec de lourdes cloches pour chasser les mauvais esprits }

Assister à la présentation de la prochaine saison des deux théâtres, sélectionner six
spectacles. Goûter encore de très bons vins, se retrouver finalement autour d’une pizza
avec Pierre, Bérangère et Tony, trouver une figurine d’ours par terre et se faire renverser
du vin rouge sur mon fin pull blanc d’été. { ci-dessous le projet de sculptures itinérantes
The White Walkers, construites en bois et à taille presque humaine, elles sont mises en
place à travers quinze pays d’Europe le temps d’une prise de vue. En parcourant ces
territoires, elles interrogent les problématiques de déplacements et migration }

Ça sent le tilleul dans les rues, vidées de leurs voitures cet après-midi pour la fête de
la musique. Je reste chez moi en fermant les fenêtres. Hier soir j’ai joué aux fléchettes
pour presque la première fois de ma vie, et j’ai gagné. Deux fois. Mes yeux ont besoin
de repos, j’ai aussi essayé une drôle de perruque blonde avec Nico. { ci-dessous les
photos de l’allemand Benedikt Partenheimer, les arbres étranges de l’Alaska, à cause
des sols effondrés et du changement climatique }

Aller voir le dernier film de l’argentin Sebastián Lelio, une belle histoire d’amour, de liberté
et de choix.
Goûter des vins, repartir avec une bouteille et la siroter un peu au téléphone
avec Pierre qui m’envoie de vieilles photos, se souvenir de nos jeunesses. Les merles qui
courent comme des rats, en bas sous les arbres de la cour. Recevoir mon nouveau portable
gris foncé,
presque voler le stylo du facteur. { ci-dessous les très belles photos du lituanien
Mindaugas Buivydas, en noir et blanc, il observe la nature et ses mystères, son silence }