archive

LA PHOTO

Les rayons du soleil qui plongent dans le bleu piscine de quatre mètres, nager à nouveau
et être bien. Les trois cigognes qui se perchent sur les lumières du stade pendant deux jours,
la recyclerie qui reprend, des gants colorés, un mix avec Radiohead et Amon Tobin. Partir à
vélo jusqu’à Dole, un pique-nique, des photos, un ragondin qui traverse. Une tarte aux pommes,
une montgolfière et une baleine qui avance à 25km/h au cinéma. { ci-dessous les magnifiques
photos de l’américaine Pamela Heemskerk, des histoires d’émotion, de mystère et de nature }

Revoir Houda et boire du vin blanc, préparer des club-sandwichs pour un pique-nique
du midi, des poules qui ont soif, des crevettes marinées et des confettis. Charger la voiture
et partir camper à Morteau, les nuits froides, les touristes du saut du Doubs, une friture, des
moulins souterrains, le train Suisse, le lac de Neuchâtel et les gorges magnifiques de l’Areuse.
Avoir envie de faire du pédalo. Tremper les noisettes une nuit dans l’eau, boire du jus de citron
et préparer le départ proche à vélo. { ci-dessous les forêts gelées de l’allemand
Heiko Gerlicher }

Un peu plus de vent pour aller chercher mon vélo avec des freins neufs, crever un pneu en
rentrant hier soir. La fête à Hôp dans la cour, plier le fanzine et faire un petit puzzle avec une
petite Lou, Sacha et Tim. Des grosses bruschettas aux aubergines, la piscine juste à côté de
chez moi avec presque personne. Nager le vendredi matin puis le dimanche après-midi, juste
avant la fermeture de l’été. Aller voter en déposant un grand rouleau de papier brun au bureau.
{ ci-dessous les froides photos de Martin Cox, ce que la neige laisse entrevoir du paysage }

La pile de caisses de bouteilles du brassin 52 qui attend dans le couloir, les nouveaux
grands rideaux blancs, le dénoyauteur de cerises. Des lunettes de soleil à ma vue, qu’il
faut enlever et remettre. Marcher quinze kilomètres le dimanche puis acheter des vraies
baskets. La manif, le lourd soleil qui se transforme en orage. { ci-dessous la superbe série
du taïwanais
Bo Wen Huang, parti dans une ancienne usine désaffectée au cœur de la forêt.
Une atmosphère bleutée et silencieuse, le désordre et la nature qui reprend ses droits }

Partir à travers la campagne le long de la Loue, aller voir un canapé bleu canard vieux
d’un siècle, goûter au bord de l’eau, être dehors pour le coucher du soleil tous les soirs,
préparer des pique-niques, rendre les clés, une envie de sac d’été en paille, une banquette
convertible jaune moutarde, un essai de rouleaux de printemps, mes cheveux courts derrière
ma tête et retourner en terrasse pour un thé au soleil. { ci-dessous les photos de l’allemand
Ludwig Rauch, des clichés foisonnants, qui oscillent entre peinture et photographie }

Partager en deux la première fraise du jardin avec un très bon parfum, aller chercher
plein de sushis, recevoir un coup de fil de Déborah Dupont, la libraire de l’émission
On va déguster, pour la commande du très beau livre Le pain, de la terre à la table de
Christophe Vasseur. Un premier bouton de moustique aussi. Camper deux jours dans
l’appartement quasiment vide, le rendre propre. { ci-dessous les photos du canadien Ian
Brown
, un travail d’anthropologie urbaine dans les rues de la ville sinistrée de Detroit }

On attends le rouge de nos quelques fraises. On file à vélo faire des queues interminables
de personnes à un mètre les unes des autres, pour rapporter asperges, tomates de la Drôme,
et de l’ail tellement nouveau qu’il n’a pas encore de gousses. Des cookies au chocolat et à la
noix de coco, la visite du jardin botanique laissé à l’abandon, des arbres en train de sécher, de
belles fleurs sauvages, deux canards, un chat roux et de grosses grenouilles. { ci-dessous les
compositions de piles de livres poches de l’artiste Mary Ellen Bartley, aux tranches colorées }

Préparer des falafels avec des pois cassés, jolies petites boules jaunes épicées. Lire
dans le jardin, l’histoire d’une famille, d’un secret et d’un village. Trier, ranger, trouver
une place aux choses, à nouveau.
Retrouver mes notes de bac, mes bulletins de collège,
rêver que je dois repasser le BTS. Observer trois jeunes faucons pèlerin grâce à la LPO
et une caméra postée sur une cheminée d’usine.
{ ci-dessous les photos du danois Anders
Schønnemann, et ses jolies compositions culinaires épurées aux couleurs douces }

Se perdre un peu dans les jours, ne pas trop penser à plus loin, le soleil toujours là.
Premier barbecue, à deux. Commencer à savoir où est le soleil selon le moment de la
journée, se balancer dans le hamac comme un Marsupilami. Terminer Mangeclous, trier
les affaires d’hiver, les remiser. Accrocher deux patères dorées dans la chambre. Prendre
en photo les fleurs, le fin pollen qui se dépose sur la table tous les jours. { ci-dessous une
plante délicate dans l’eau, cadeau de Fanny et une vieille photo de la place Jean Gigoux }

Écrire moins ici. Façonner à la cuillère des petites meringues bien blanches, brillantes et
croquantes. Dès que je peux, rôtir assise au soleil avec mon livre ou en fermant les yeux.
Manger dehors le midi, même travailler un peu depuis le jardin aussi, tant que la batterie le
permet. Reprendre Le Bureau des Légendes depuis le tout début avec mon amoureux le soir.
{ ci-dessous les belles photos d’Anna Cabrera & Ángel Albarrán, couple espagnol qui travaille
la texture et la couleur dans leurs tirages platine, palladium, cyanotype et argentique }