archive

LA PHOTO

Deux apéros au bureau, un sandwich au thon de rentrée avec du pain bien cuit. Visser
ma sonnette du bon coté du guidon, écrire des articles pour l’association Tinternet. Envoyer
une jolie carte à Chloé dans le sud, en créer une autre, aller voir un film sur une séparation
intelligente avant qu’il ne soit trop tard et une solution pas commune pour la garde des enfants.
Rentrer et trouver un gros bolet sur la table de la cuisine. { ci-dessous les photos du suisse Pierre
Pellegrini
, qui nous plongent dans la beauté sereine de l’hiver. Des noirs et blancs très contrastés }

Publicités

Retourner toute seule dans une salle de cinéma, rire et pleurer devant un premier film
loufoque et beau qui s’appelle Perdrix, dans une vallée des Vosges. La pataugeoire avec
le tout petit Victor très très blond et sa combi-croco. Recevoir les tirages de ma première
pellicule 120. Une seule bonne surprise avec la Romanche déchaînée dans le massif de
Belledonne. Les chouettes oiseaux de Jochen Gerner sur Instagram. { ci-dessous les photos
de l’anglais Robert Darch, des séries documentaires, mêlant portraits, objets et paysages }

Une émission sur les trains en Albanie, une gare disparue et l’histoire des Vierges sous
serment. Un podcast sur une courageuse et belle pilote d’avion handicapée. Pédaler dans
la nuit pour rentrer, retrouver Marie pour un midi en terrasse, un martini royal et un filet de
rascasse. Un autre midi, un pique-nique, un énorme cookie. Reprendre la lecture, terminer
la mise à jour de mon site. { ci-dessous les photos du californien Nich McElroy, la nature
des coins reculés et sauvages d’Amérique, des images simples et profondes }

Acheter un pot de glace. Une batavia et deux grosses tomates au marché, faire visiter
à Vivien et Fantine mon joli bureau et les couloirs de Hôp Hop Hop. Deux Pietra, des noix
de Cajou et le dernier film de Tarantino au milieu de beaucoup de gens. Partir enfin se
promener dans le nouveau musée, s’attarder longtemps sur l’archéologie et regarder les
moineaux se battre pour nos miettes de sandwich au bord du Doubs.
{ ci-dessous les
photos du néo-zélandais Jacob Howard, paysages pleins de lumière à travers le monde }

Relire Pagnol, les étés à la Bastide Neuve, les pièges à grives et la clé du canal. Et
aussi toutes les bêtises du Petit Nicolas.
Sentir par la fenêtre l’air très chaud puis celui
très froid, regarder la grosse pluie qui brille au soleil. De grandes réserves de ratatouille,
d
eux galettes comtoises. Terminer la pellicule 120 de mon appareil photo rose, attendre
les surprises du développement.
{ ci-dessous les photos de l’israélien Michal Chelbin,
des portraits qui saisissent des histoires humaines, un peu énigmatiques }

Se retrouver après une semaine, être heureux. Du temps à trois plus les cochons d’Inde
dans la maison, partir jusqu’à Arc-et-Senans à vélo, un tunnel pour les bateaux avec des
rideaux d’eau. Revenir en train, repartir jusqu’à Dole, les blagues de papa, les nashis. Rouler
à travers le Jura, la très vieille pierre, les vignes, l’eau turquoise des lacs, un selfie, une petite
caravane et les grimaces de Léonie. Rentrer et repartir finalement par là-bas. { ci-dessous les
photos de l’italienne Benedetta Ristori qui explore la relation entre le présent et le passé }

 

Une semaine toute seule. Beaucoup de travail. Chez moi je me cloître pour garder le
frais de la nuit et au bureau je fais tourner sans cesse mon nouveau ventilateur jaune.
J’en profite pour rattraper mon retard dans mes nombreux podcasts à écouter. J’ai
aussi enfin presque fini le tome 3 de Vernon Subutex que je dois rapporter à Rosario.
J’essaie d’écrire aussi un peu.
{ ci-dessous le travail du canadien Tony Fouhse, photo-
graphe autodidacte, il produit surtout des portraits poignants mais aussi des situations }