archive

LA PHOTO

Des chips italiennes et une belle fondue au fromage chez Elsa et ses amis du Roller
Derby, plusieurs bouteilles de vin. Les doigts gelés après le vélo, Il faut peut-être doubler
les gants comme les chaussettes. S’acheter aussi des pulls chauds, attendre le printemps.
Laisser filer les rêves trop flous qui se succèdent. Recommencer une cure de Millepertuis.
{ ci-dessous les belles photos de Sallie Harrison, elle s’intéresse aux lignes épurées et
géométriques de l’architecture californienne. De la lumière et des jolies couleurs pastels }

Publicités

Deux chiens qui mordent les tapis de mon bureau, vendredi puis samedi. Un voyage
en bus avec Damien, un Rougail saucisses et de la musique mexicaine. Écrire dans un
carnet retrouvé, trois œufs au plat, Etienne qui repart en Chine, rater quelques films au
cinéma et discuter un peu avec mon mini Google Home. { ci-dessous les photos de
Landon Speers, canadien installé à Brooklyn, dans le livre Wild Rose accompagné de
titres de musique electro-ambient composée par lui-même }

J’ai mis trop de sucre dans mon yaourt, et les Gavottes posées à côté du lavabo ont
aspiré l’eau de la vaisselle égouttée. J’ai aussi cassé mon essoreuse à salade avec la
roquette de mes sandwiches. Elle faisait partie des objets que je possède depuis longtemps.
On achète pas souvent une essoreuse à salade{ ci-dessous les photos de la jeune slovaque
Maria Svarbova, diplômée en archéologie et restauration. Des scènes pâles et souvent
pastels de piscines municipales très esthétiques et le reflet en miroir dans l’eau lisse }

Beaucoup de galettes différentes, dont une avec quelques Griottines dedans. Un peu
de neige au réveil, l’électricité statique au bureau. Je continue à faire circuler protons et
électrons à travers moi, depuis le radiateur, la fenêtre ou le lavabo. J’ai reçu deux belles
cartes dans ma boîte aux lettres et me suis coupé les ongles trop court. Je ne peux pas
mettre grand chose dans mon nouveau sac jaune qui est rigide et plus petit mais je ne le
quitte plus quand même. { ci-dessous les photos du brésilien Antonio Schubert, des
contemplations urbaines de Rio de Janeiro aux découvertes de paysages en road trip }

Un bain chaud après minuit, un peu de neige très fine. Le thé et des gâteaux dans la
cuisine d’Elsa, tenter de faire le ménage dans nos têtes et nos cœurs en discutant. Le
nouveau film de Kore-eda et un délicieux repas avec du Chablis. Vider et dégivrer ce gros
frigo bruyant, retrouver la fleur d’oranger pour une galette. Avoir encore du mal à sortir
du sommeil et du rêve. { ci-dessous les très belles photos du français Julien Pebrel, qui
interroge la fin programmée du caractère multi-ethnique des territoires du Caucase }

Des muffins et deux bouteilles de vin rouge tout doux, la drôle d’idée de Jean-Jean à
propos des rognons. Croiser Marta en rentrant. Un petit sac jaune très attendu, des
céréales dans mon yaourt. La douche qui se transforme en bain et encore un rêve de
lits superposés. La folie de la fin d’année et du jour au lendemain, l’immensité vierge
et bloquante de celle qui arrive. { ci-dessous les photos de Mongolie de l’australien
John Feely. Paysages désertiques et rencontre avec le quotidien des communautés }

Marcher jusqu’à Saint-Ferjeux, le soleil qui apparaît derrière la basilique, le petit chemin
et ses murs de pierre. Beaucoup de photos et beaucoup de temps à trier. Je cherche à
me rappeler qui m’a raconté l’histoire du livre « l’homme-dé » un soir en terrasse il y a
quelque années. Je ne me rappelle pas. Écouter Yann Tiersen, souffler la belle bougie de
Noël qui sent le frais, offerte par Fanny et les enfants. { ci-dessous l’esperluette en métal
doré de mon bureau et la photo d’Aurélien Benoist achetée à Dole }