archive

LA PHOTO

Mes vingt-cinq petites photos carrées qui sont achetées d’un coup. Plongée dans les
chiffres 2018. Des cheveux très très courts, comme il y a longtemps. Des ongles rouge-
fraise. Le soleil qui apparaît et disparait, Le tome 2 de Vernon Subutex qui va plus vite à
lire et la cuisine de
rillettes végé avec des lentilles et le vert des poireaux. { ci-dessous
les photos blanches exposées ici et visibles en entier là. Et un petit tee-shirt tout simple
avec des jolis pois irréguliers qui font comme un pelage de fauve imaginaire }

Publicités

Un vernissage blanc avec des meringues et du chou-fleur. S’endormir avec Les aventures
de Tintin, rêver que je pose ma tête sur le ventre d’un chiot tout dodu. Au matin, regarder
par la fenêtre le drap blanc accroché très haut dans l’arbre en face de ma chambre. Il a dû
atterrir là avec le vent. Depuis la grande terrasse des voisins. { ci-dessous les photographies
particulières de l’américaine Alison Rossiter, née en 1953. Elle récupère et développe de vieux
papiers photo périmés – 1900 pour le plus vieux – pour découvrir ce qu’a imprimé le temps}

Le vent qui soufflait hier après-midi a apporté la pluie ce matin. Sur les quais, avec un
thé, on s’est imaginées être à la mer avec Virg et commander des huîtres. Je suis partie
au cinéma voir l’émouvant Bouli Lanners dans un rôle de papa triste et paumé. J’ai pleuré
quand lui se met enfin à rire à pleines dents, dans la dernière scène assez folle avec ses
deux filles. Préparer toutes les feuilles d’épinards frais pour les cuire et torréfier un peu
de pignons de pin. { ci-dessous les photos de la new-yorkaise Rebecca Miller, des modèles
et portraits, où sujet, lumière, décor et couleurs sont intimement liés }

Préparer un cake au chorizo et tomates séchées, rester tard à la brasserie de Fab et
Quentin, en bas. L’étage en dessous de mon bureau. Cuisiner un gâteau au yaourt aux
bords croustillants pour le dessert, rejoindre Virg à la fin de son état des lieux pour un
verre dans le soleil qui se couche. Commencer deux films différents sans les finir. { ci-
dessous les super compositions de la designer américaine Kristen Meyer, qui organise
de façon graphique et géométrique divers objets ou aliments pour ses photos colorées }

Grimper derrière la citadelle. Un chamois qui bondit, la grotte Saint-Léonard, le début
du chemin de croix, beaucoup d’ail des ours dans les sous-bois, la voie romaine, un drôle
d’oiseau à pois avec des couleurs jaunes et rouges, le soleil énorme et orange en train de
se coucher, mes fines mitaines et des crêpes salées au sarrasin. Les toilettes d’Alice au
Pays des Merveilles et la musique des jeunes Psychotic Monks.
{ ci-dessous les photos
du suédois Håkan Strand, des clichés lumineux, calmes et silencieux, une contemplation
poétique du monde en noir & banc }

Réfléchir à un déguisement. Ne pas avoir beaucoup d’idées. Planifier pour moins être
débordée, commander plusieurs carnets lignés. Écouter le bruit de la toute petite grêle
contre les grands carreaux du bureau, observer l’alternance de la pluie et du soleil, les
jeunes qui manifestent. Je ne comprends jamais rien aux gens qui essaient de dire des
choses de loin, juste en articulant silencieusement de façon exagérée et en rajoutant des
gestes. { ci-dessous les photos du japonais Ryota Kajita, qui capture les motifs formés
par la glace dans les lacs de l’Alaska. De belles bulles prises entre l’eau et l’air }

La semaine dernière j’ai mis du vernis sur mes ongles. Je le fait rarement en hiver.
Un rouge qui est cerise en plein soleil et devient bordeaux foncé dans la nuit. Il fait gris
maintenant, l’air est moins froid mais le vent tape à ma fenêtre au bureau et rentre un
peu. J’écoute les oiseaux du dernier album de Yann Tiersen que j’ai reçu par la Poste.
Je prends souvent mes bobos en photo, j’aime voir le temps les faire disparaître. { ci-
dessous les photos de l’islandais Benjamin Hardman, il arpente les glaciers et partage
son temps dans les froids et obscurs paysages du Nord entre la photo et l’exploration }