archive

LES JOLIES CHOSES

Organiser un barbecue sur la terrasse du bureau, des saucisses, une tarte aux fraises.
Filer à vélo pour passer la soirée à Jours de Fête, trouver un vieux poche d’Arthur Upfield
à un euro et croiser d’anciens profs. Les températures qui descendent enfin un peu, le
vent frais, les nuits plus longues, le chocolat à la fin du cône vanille. Partir sauver Najat
avec du rosé frais, discuter dans sa cuisine. Les madeleines au miel et à la fleur d’oranger
du dimanche. { ci-dessous les jolies boites SCOP-TI et les calissons d’Aix de Noël dernier }

Marcher le long du Doubs puis grimper sous le soleil, passer devant les belles maisons
tranquilles. Boire un sirop de citron rapide. Le jus rouge des betteraves sur mes mains,
Debussy et le hip-hop. Marcher encore, chercher l’air frais. Monter une étagère appelée
Lerberg dans la chaleur, placer mes beaux livres dedans. Le mur bleu-vert du bureau qui
se remplit, une belle chaise de bureau qui arrive bientôt. Sylvain qui est rentré, discuter
un peu avec lui. 
{ ci-dessous les fleurs séchées prélevées du bouquet d’Olive et la pizza
blanche et verte : oignons nouveaux, petits pois et mozzarella }

Les journées et soirées remplies. Pas beaucoup de temps chez moi. Entre les deux
bureaux. La maison de Vivien et sa terrasse,
le live de Pink Floyd à Pompéi, du rosé,
du Porto, la tarte manquée aux abricots et au thym et finalement plusieurs salades
de riz.
La kinésiologie, les phrases répétées sur la culpabilité, les grandes inspirations
et l’émotion. 
L’épuisement, la chaleur, une nuit de treize heures. { ci-dessous mon Oxalis
Triangularis
et ses feuilles pourpres et la très jolie huile d’olive espagnole Bell Verd  }

Une soirée autour de la petite table en fer en bas de chez moi, dans la cour sous le cerisier.
La nuit qui tombe, les bougies. Aller voir sous le soleil brûlant un combat très drôle avec des
armures en carton fabriquées avec soin, puis siroter un faux thé glacé. Batman, Voldemort
et les Gremlins dans le même dessin animé plutôt surprenant et réussi. Une balade du soir
au bord du Doubs, la température parfaite, une envie de salade de riz. Un bon moment,
un peu de fatigue. { ci-dessous mes deux paires de lunettes roses et un petit sac d’été }

Un peu avant Lyon nous avons roulé sous l’orage. On aurait dit le crépuscule : au dessus
de nous le ciel était gris mais lumineux au loin, vers le sud. J’ai retrouvé Marie et les garçons
au rythme lent de la piscine qui se remplit. Le premier melon de l’année, un Tiramisu aux
fraises, des cerises cueillies sur l’arbre. Partir visiter le Musée de la chaussure à Romans :
de très vieux souliers de prince et les délicats escarpins Jourdan. Je suis repartie avec un
haut fleuri, un rouge à lèvres, un pot de confiture de mûres et deux boutures de plantes.

Tout s’accélère maintenant. J’ai la tête remplie de choses à penser et faire dans l’ordre.
La gauche de la nuque coincée, j’écoute le piano de Nils Frahm en travaillant. Me replonge
un peu dans l’html. Des tours de magie en terrasse, un air brésilien joué à la guitare. Puis, à
l’entrée de la cour, ma clé qui ne veut pas tourner 
dans la serrure de la grosse porte en bois
et Caro qui m’accueille pour dormir.. comme l’été de l’incendie. { ci-dessous un petit pull
Springfield à ancres dorées et des sandales rose gold faciles à enfiler }

Plein de jours de soleil d’affilée. Un thé glacé, des meringues brûlées et des sushis à
volonté. La chaleur qui rentre, les yeux et le nez qui piquent un peu à cause des pollens.
Une décision à prendre, le temps suspendu et quelque larmes devant Girl Asleep, fable
colorée et symbolique. Laisser partir l’enfance pour devenir quelqu’un de singulier. { ci-
dessous les Kakis de l’hiver avant mon voyage et les bonnes brioches à la fleur d’oranger
fabriquées avec mes nouveaux petits moules }