archive

LES JOLIES CHOSES

Grimper à la citadelle pour une ballade au soleil couchant. Le vert et la pierre, la lumière
et les couleurs. Préparer une tarte aux pommes avec de la compote de rhubarbe, discuter
avec Vivien, programmer un week-end chez Marie en juin. J’ai aussi reçu mes baskets
blanches et fleuries avec lesquelles je pars ce soir à Grenoble en essayant de ne pas trop
penser aux urnes. { ci-dessous le magnifique bouquet reçu chez moi la semaine dernière
de la part d’Olive pour le logo de son blog musical et mon nouveau sac à dos G-ride }

Le gris qui revient. Traverser la ville et discuter enfin un peu avec Virg, écouter Laurent
raconter les émotions de l’inauguration du bar il y a pile deux ans, réfléchir à des habits
dorés. Regarder un documentaire sur l’anarchisme en deux parties et un autre sur les gens
qui vivent dans les tunnels sous terre à New-York. Choisir de nouvelles sandales, refaire
encore les si bons petits biscuits au chocolat avec la recette d’Annie. { ci-dessous une
expérience de lettres en sucre menée grâce à mon vieux moule Muji et ma jolie petite
lampe Fatboy blanche, portable et avec trois niveaux d’intensité reçue à Noël dernier }

J’ai croisé Sonia rue Battant puis pris rendez-vous pour mes cheveux comme avant.
Bien raccourcis et un peu éclaircis. J’ai eu Marion au téléphone, une carte postale corse
de Bibi dans la boîte aux lettre et un vernissage chez Öst avec les photos de Tristan.
{ ci-dessous le fameux thé de la chance offert par Caro et que l’on boit au bureau avec
délice. Un mélange de thés verts et noirs, des papillons de sucre jaunes, des pétales
de roses, d’osmanthe, de tournesol et de bleuet. À la fois fruité et avec un léger goût
de jasmin. Et puis des grosses boucles d’oreille Promod aussi }

J’ai reçu ma montre ! Une vraie cette fois-ci, une belle qui a une histoire et qui raconte
quelque chose. Commandée sur cette fabuleuse boutique Etsy. C’est une Lyra (Лира),
fabriquée dans les années 60 aux usines de Penza en URSS, dont l’outillage avait été
acheté chez Lip trente ans avant. Elle a été restaurée et marche parfaitement, le bracelet
est neuf. Elle est mécanique et il faut la remonter tous les matins, je la trouve magique.
Je fais mille fois par jour le geste de la consulter et ça me rend heureuse, j’écoute aussi
régulièrement son délicat tic-tac en la collant contre mon oreille.

Revoir Aymeric et Laura qui vont avoir une maison avec un noisetier. Aller chercher
Basile qui est perdu sous la pluie grise, parler longtemps, sortir danser. Grimper à la
Citadelle le lendemain, chercher les singes, observer le printemps qui arrive. Manger
des sushis et s’endormir encore devant Le garçon et la bête. Une meringue à midi,
du sommeil en retard, la longue et belle aventure de Lost City of Z qui donne envie
de lire le livre. { ci-dessous de nouvelles boucles Lilipoetry et les sandales d’Asie }

Derniers préparatifs, impression des billets et réservations. Fuseaux horaires et météo.
Vider le frigo, boucler les sacs.
Je regarde des comédies pour ne pas trop penser et je
m’endors devant.
Je fais beaucoup de rêves. Mais j’ai perdu le réflexe de les noter au
réveil, ils s’échappent dans la journée. Je quitte mon appartement pour un mois mais
j’ai subitement envie de m’en occuper, changer le contenu des tiroirs, trier comme pour
un déménagement. Je m’arrête deux jours voir Lou et Nino. 
{ ci-dessous le joli bocal en
porcelaine rempli de graines d’un peu partout dans le monde et le lichen du Haut-Jura }

img_0767

Décollage dans une semaine pile. Ma maman m’a scanné et envoyé un article qui me
donne confiance et envie. Je reçois de gentils mails d’encouragements. Je me prépare,
je remplis mon iPhone d’albums déjà écouté cent fois en boucle, rassurants. Mon ordi
de films et de podcasts radio pour l’avion. J’ai enlevé la peau de chaque pois chiches
pour faire un peu de houmous,
ré-installé entièrement mon iMac, trouvé un beau sac à
dos et et passé un dimanche soir à papoter au comptoir avec mes petits gâteaux à la
noix de coco et Virg. Et Sophie la juge. { ci-dessous mon hibou qui tient chaud offert
par Etienne et le soupirail découpé d’étoiles de la rue Mégevand }

img_0885