archive

LES JOLIES CHOSES

Encore un aller en voiture avec les derniers cartons, lampes, plantes. Il reste mes meubles.
Emmener tous mes dossiers, s’installer un bureau à la maison. Les spectacles de théâtre
annulés, le cinéma fermé, les réunions et visites stoppées. Prendre quand même deux places
pour Thom York en juillet. En profiter pour ranger, rattraper le retard sur les podcasts, cuisiner.
Essayer de ne pas trop angoisser, résister aux rumeurs et colportassions et garder le virus loin
de nous. { ci-dessous un joli pot à pois dans la cuisine et des plaids tous doux pour le canapé }

La semaine dernière encore passée à toute vitesse. Retourner dans mon lycée pour être
jury de BTS avec mes anciens professeurs. Les arbres de la cour, la passerelle, les sonneries,
l’odeur de la cantine le matin, les couloirs avec la même couleur et les jeunes qui tricotent
assis par terre. Trouer ma nouvelle robe dès le premier jour, coincée entre le frein et la roue
de mon vélo. La salle de modèle vivant avec les volets qui ne s’ouvrent plus et les chevalets.
{ ci-dessous ma première boîte tapissée de papier et les chaussettes offertes à Nino à Noël}

Un dimanche au lit, la pluie qui n’arrête plus. Mes mains qui sèchent et les plis des
empruntes digitales qui se reforment sur ma peau. Un documentaire effrayant sur le
Goulag soviétique du XXe siècle et une série flamande avec un jury d’assises composé
de douze citoyens cherchant la vérité. Le vent qui fait claquer la barrière et les volets,
sortir en pyjama. La réunion du lundi soir et un critéruium qui disparaît. { ci-dessous le
joli klaxon bleu turquoise de mon vélo et les housses et sacoches cousues à la main }

Les cartons qui s’empilent déjà, le vent froid et la pluie. Reprendre le bus, re-noter mes
rêves quotidiennement. Planifier un petit voyage à Paris début avril, chercher du sirop de
pêche bio partout, acheter finalement trois fromages. du Pecorino Pepato de l’Abondance
et du Saint-Nectaire. Répondre enfin à tous mes mails en retard, deux grands nouveaux
plaids et des patates qui germent très haut. { ci-dessous mon masque de Chat du Cheshire
pour la soirée Alice aux pays des Merveilles et des jolis carnets des Editions du Paon }

Aller deux fois à La Poste dans la journée. Avoir moins de chance l’après-midi que
le matin. Accepter d’être jury dans mon ancien lycée de BTS, cuisiner lentement en
cherchant chaque ingrédient et ustensile dans la grande cuisine. Des olives, une carotte,
deux échalotes. Trouver une deuxième boite en bois, plus petite. Acheter du beau papier
à motif et prévoir de refaire l’intérieur du tiroir à compartiments de ma petite table de
chevet. { ci-dessous des boucles-balai roses et mon gilet rose à gros boutons }

Revoir Victor qui boit du Macvin dans un verre d’Alsace au long pied vert. Descendre à
la Recyclerie sous le soleil, croiser Suzanne, trouver une jolie boite en bois couverte de
fin cuir beige, et une espèce d’ancienne cafetière de voyage. Boire un sirop de citron, se
faire deux œufs au plat, manger de la brioche fabriquée par mon amoureux, lire beaucoup
et rester allongée beaucoup. { ci-dessous les belles couleurs de mes feutres Papermate
et le poster offert à Etienne et Sandrine avec un graphique de pâtes alimentaires }

Le vent qui fait claquer les volets, pédaler dans les descentes. Une nouvelle grosse bague
feuillue, et deux plus petits anneaux dorés. Une choucroute dominicale, un parc plein de
statues saintes, des jonquilles qui commencent à fleurir, déjà ! Casser plusieurs aiguilles en
fabriquant une sacoche-arrière pour mon vélo. Des pelotes de coton colorées pour faire des
pompons fleuris.
{ ci-dessous mon assiette rose avec de rigolotes autruches et différentes
bières de chez les flamands De Koninck, Lowlander d’Amsterdam et Basqueland brewing }

Un aprem sur le canapé de Virg, comme avant, puis un apéro avec un puzzle Van Gogh
et du rhum arrangé. Un Mont d’or chaud, des sablés olive, tomate séchée et parmesan,
une salade de chou au vinaigre. Un peu de couture, des Pickles de chou-fleur, de radis
et d’ail. Embouteiller la bière n°50, l’étiqueter. Regarder enfin le chouette The Florida
Project et aussi un poignant documentaire sur l’ancienne prison des Baumettes. {ci-
dessous les beaux savons de la Fabrique de Courennes et un crayon de papier doré }

Se placer toujours presque tout devant au cinéma. À deux maintenant. Doubler les gants
pour descendre à vélo, tomber un peu malade, préparer du citron chaud avec du miel et
du gingembre. Un porte-savon blanc, une petite assiette rose avec une drôle d’autruche
et une soupe d’épinards. Une mise à jour de mon site internet qui prend du temps et les
toilettes du dessus qui fuient à Hôp Hop Hop. { ci-dessous ma lampe de bureau numéro 2
d’un beau vert émeraude foncé et un petit livre très dense sur le design web responsable }

Acheter un peu de poulet et se rendre compte que je n’achète plus de viande. Terminer
de coudre la housse à accrocher sur mon vélo qui tient mon antivol en U très costaud et
lourd. Elle est bleue turquoise, assortie à ma sonnette qui fait un grand ding dong d’entrée
de magasin. Me refaire dix modèles de cartes de visite en utilisant du orange et en profiter
pour faire quelques nouveaux visuels pour les réseaux. { ci-dessous mon câble d’iPhone
en corde vert d’eau et les chaussettes-animaux trouvées sur Etsy pour le Noël de Lou }