archive

LES JOLIES CHOSES

Un beau et dur monologue sur les conditions de détention françaises basé sur une longue
correspondance. Juste un peu de lumière dans le noir, et un banc sur lequel il est pénible
de rester longtemps. Et moi je dois justement répondre à J. de qui j’ai reçu une lettre lundi.
L’expo sur le thème du blanc se prépare aujourd’hui, j’attache mes cheveux devenus trop
longs en arrière, j’aimerais les couper courts. { ci-dessous mon petit sac jaune Paul Marius
et une petite assiette fleurie de ma mamie, récupérée par ma maman pour nous }

Publicités

Marcher vite sous le chaud soleil pour rejoindre la gare, avoir envie d’être en sandales.
Une partie de badminton qui donne envie de trouver quelqu’un pour en faire un peu, un
parc à vers de terre, le froid de la collégiale et l’orgue, une cabane sous la bâche bleue,
un tiramisu d’anniversaire, des quizz de géo, math et anglais. Le ciel qui se remplit de
montgolfières, le train pour repartir qui a une heure de retard. { ci-dessous mon beau pull
jaune un pin’s Feminist doré et ma porte de bureau avec son motif géométrique scotché }

Je m’endors en écoutant un live de youtubeur sur twitch comme les jeunes et me réveille
avec un morceau de GY!BE dans la tête, sans savoir lequel exactement. J’ai aussi rêvé que
je partais habiter en Corse, dans une ville, au bout d’un faubourg face à la mer. J’ai vraiment
de la chance avec mes codes de cartes bleues, qui sont toujours faciles à mémoriser. { ci-
dessous mes chouettes petits rouleaux de making tape dans un beau bol à liseré doré au
bureau et mes gants en laine jaune quand même tactiles avec leurs trois petits boutons }

Une belle fête à l’ambiance sous-marine et tout le monde en déguisement. Un gros
dirigeable en papier mâché, du mapping vidéo, des poissons découpés, des hublots
lumineux et plein de belles choses à manger. Une pièce de théâtre un peu rigolote avec
des acteurs un peu fous. Pouvoir faire une sieste dans ma chambre avec la fenêtre
ouverte. Les insectes piégés entre la vitre et le rideau. { ci-dessous un bouquet d’hiver
dans une jolie petite bouteille de bière et le paillasson tête de chat qu’il y a aussi à Dole }

Terminer mes machines volantes imaginaires en carton et vieux tissu, les accrocher
au café avec les petites montgolfières. Y passer deux soirs entiers à préparer, décorer.
J’ai des chaussures en tweed, une montre à gousset, un chapeau melon prêté par Virginie
et je me suis cousu une fine
Lavallière blanche. Le soleil est déjà chaud, avec Virg nous
avons réussi à trouver une heure vide en commun pour nous asseoir dehors et en profiter
simplement. { ci-dessous les pots à pois en céramique de l’estonienne
Eeli-Ethel Polli,
ancienne graphiste et désormais basée près de la mer, au Danemark }

Des lasagnes aux carottes et les oignons qui piquent toujours autant les yeux. Des photos
d’objets blancs pour une future exposition, une ampoule qui manque et un rouge à lèvres rose
bio. Recevoir un colis surprise de Marie que je n’ai même pas encore eu le temps de lire, avec
du shampoing sec dedans fabriqué par ses soins. La soirée Jules Verne qui se rapproche trop
vite, un collage noir & blanc avec une pieuvre et des bottes de pluie. { ci-dessous mon squishy
en brique de lait rose trop mignonne et une crème de jour à la vitamine E The Body Shop }

Mes cheveux poussent et sont fous. Ils donnent parfois à mon ombre un air de hibou.
Je suis allée tout couper. J’ai une longue jupe imprimée en crêpe avec une doublure, je
ne sais pas quel manteau mettre avec. Je rêve que je passe une épreuve ou un concours
dans la cuisine de ma grand-mère disparue et je prépare mon départ en Saône-et-Loire
avec les amis. { ci-dessous le petit livre de belles photos d’immeubles londoniens chez
Hoxton Press, mon Moleskine jaune offert par Virg et une petite pochette Boden à pois }