archive

LES JOLIES CHOSES

Les températures qui remontent un peu, tout doucement, choisir une carte postale pour
mon correspondant dont je n’ai pas eu de nouvelles de l’été, repasser par la bibliothèque
de conservation pour prendre deux cartes avec les perroquets joyeux à tête jaune dessinés
par Audubon. Préparer mon sac pour une petite semaine dans les villes de Rhône-Alpes,
Saint-Etienne, Grenoble et Lyon. Acheter des carambars, ceux au caramel. { ci-dessous
le sac en tissu rapporté de Bretagne début juillet et les sandales noires de l’été }

Faire durer l’été. Partir à vélo le long du Doubs, en direction de l’est, pédaler. les petites
maisons de week-end installées, les grandes propriétés aux pelouses bien tondues, toutes
les écluses, les hérons cendrés et quelques cygnes. Les villages très calmes, un petit château
et son grand jardin, une grotte aux coquillages et l’histoire de la Baronne. Le dessin de Jean
de Vienne au collège, un gîte magnifique dans un moulin, le figuier, la cage à œufs et la tarte
aux quetsches. Le Cusancin et ses grosses truites, la source bleue, sortir un lourd banc en
bois de la chapelle de Saint-Erminfroid, refaire tout le chemin à l’envers, assis dans le train.

La pluie, le froid nouveau. Habillée comme une rentrée de septembre avec des chaussures
neuves et un pantalon gris. Je reprends l’écriture quotidienne de mes rêves. Coller les
étiquettes crées pour le miel de mon ami Olive avec un peu de lait, embouteiller la bière
de François le dimanche, partir ensuite les deux à vélo le long du Doubs. { ci-dessous les
Niniches, sucettes colorées rapportées de Bretagne début juillet et un mini-livre de 1969
qui traite très sérieusement de la graphologie, trouvé à l’ARScyclerie de Hôp Hop Hop }

IMG_0415

Une expo au milieu des très vieux livres, une grande planche magnifique de John James
Audubon avec des petits perroquets joyeux à tête jaune et des planches Art Nouveau du
français Maurice Verneuil.
Une première glace à la pistache puis une glace très crémeuse
à la noisette. S’arrêter pour écouter une jeune chanteuse blonde qui s’accompagne au
piano, rencontrer Hélène, dormir beaucoup, attendre les sushis. { ci-dessous, un joli haut
satin trouvé à la recyclerie de Hôp Hop Hop et de la jolie vaisselle trouvée à Sostrene }

Une cagette de 5kg de cerises bien foncées. Une fête de la musique à voyager à deux,
sans trop de monde, un beau moment accoudés à un vieux comptoir d’habitués, retrouver
le haut balcon du 4, rue Thiémante, enfin celui d’à côté. Partir à Dole avec François, manger
dehors, deux barbecues, un lit trop petit et chercher les escaliers qui montent à la Collégiale
au milieu des endimanchés. { ci-dessous un sac trouvé sur Etsy et ma 2e brioche réussie }

La fine pluie qui n’arrête plus de tomber. Mon épaule et ma gorge qui vont mieux après
une longue nuit réparatrice, un thé dans la cuisine de Virg. Deux nouvelles bagues dorées,
quelques mites dans mes manteaux en laine, une petite jardinière pour la ciboulette et un
petit cube parfait de levure. Des tranches d’aubergine, une soupe au chou chinois, le bruit
du sourire, la nuit. { ci-dessous le si joli bouquet de François et mon nouveau pin’s Internet }

Un jeune homme dans le train avec un tee-shirt par-dessus sa chemise, des vieux tubes
hip-hop au dessus des escaliers, une grosse brioche avec beaucoup de pralines, un grand
soleil au parc du musée de la Mine, des super gens, une fête à la Brasserie stéphanoise,
quatre concerts à Ursa Minor dont Momo au micro et les bouchons d’oreille. Mavda qui me
partage son Milky Way et me dit de dessiner mes rêves sans me connaître. { ci-dessous une
des fleurs séchées des arbres de la cour de l’Arsenal et un pull en tricot rose et kaki }