archive

LES JOLIES CHOSES

Regarder les membres de la famille royale anglaise jouer au polo, rejoindre à vélo la
longue manifestation qui serpente de ponts en ponts, ranger l’agenda 2019 parmi ses
prédécesseurs sur l’étagère, chérir le petit nouveau 2020 tout rose avec sa couverture
en tissu et terminer les derniers dossiers. De vrais congés, enfin, un départ à deux pour
une semaine à Paris sous la pluie et un peu de vacances sur le blog. { ci-dessous ma
belle théière blanche et bois et mes nouveaux draps à motif avec un peu de jaune }

Recevoir des mails destinés à une homonyme suisse, décider de lui écrire une carte.
Plier des sapins blancs comme à Dole l’année dernière pour faire joli au marché de Noël,
préparer mes petits trucs à vendre. Un peu de temps au ciné, le dernier Guédiguian qui
rend triste et une histoire intrigante sous forme de puzzle entre la Lozère et Abidjan. Un
rêve avec une allée d’arbre et un tapis de feuilles mortes toutes jaunes { ci-dessous les
fruits et légumes verts regroupés ensemble et le nouveau linge de bain bleu marine }

Un rêve de sortie scolaire avec Félix. Pas le temps de le noter dans le carnet jaune.
Pas le temps de manger, pas le temps d’aller au cinéma. Une coupure en demi-cercle
dans le gras du pouce, beaucoup de pansements. Prendre conscience des choses
qu’on fait avec la main gauche, par habitude. Ressortir la lampe de luminothérapie
au bureau en ces jours de ciels gris et de fatigue { ci-dessous une gravure trouvée à
Dole d’Aurélien Benoist et une jolie fougère rapportée du plateau des mille étangs }

Rater des meringues et commander de nouveaux gants en laine. Partir à Dijon à cinq et
découvrir des super groupes. Préparer des petites demi-lunes avec de la poudre d’amande,
saupoudrer avec le sucre glace qui fait comme de la neige qui tombe. Casser des noisettes,
les écraser et les torréfier pour la farce de la courge butternut. La vraie neige qui tombe un
peu, et un deuxième Far breton. { ci-dessous mes stickers rigolos de Gudetama, l’œuf
japonais paresseux, et une paire de jolies boucles d’oreilles trouvées à la recyclerie }

Partir à vélo les deux pour la pause de midi dans l’immense parc vide de l’ancienne
Rodia, avec des bancs orange fluo. Manger une pomme, les épluchures convoitées
par les guêpes. Une future exposition en décembre qui va arriver tellement vite, mettre
en boucle ce magnifique morceau de Gil Scott-Heron et me préparer avec joie pour
un départ de trois jours à Marseille sous le soleil. Des figues séchées et des noisettes.
{ ci-dessous mon agenda 2020, rose poudré et ma dernière robe à manches longues }

La pluie qui n’en finit plus, retourner au cinéma pour un quatuor de grande classe signé
Christophe Honoré qui se termine par The Rapture. Boire deux verres en sortant, discuter
tricot avec Gisèle au comptoir. Un gros burger-maison avec tous les Hôp Hop Hop, relire
mes carnets de rêves pour en sélectionner certains, saisir une éclaircie pour prendre
quelques photos. { ci-dessous les petits carnets de cartes postales touristiques, un verre
à rayures rouges trouvé à la recyclerie et une sucette à fleur offerte par Virg }

La nuit qui tombe vite, un Mont d’or, une raclette, une soupe de courge Butternut.
Travailler, encore. Partir loin vers les Mille étangs, le soleil, les couleurs de l’automne.
Des forêts de fougères, les reflets dans l’eau, la terre noire et humide, des moutons,
des chênes, du raisin et des champignons. Croquer du malt et écouter la bière qui
fait des gros glouglous dans la cave. { ci-dessous une nouvelle plante, à droite, dont
j’ai oublié le nom, et la pile de Pagnol, que je n’ai plus le temps de lire }