archive

LES VOYAGES

Déjà de retour ! Varsovie m’a beaucoup plu, immense capitale à l’architecture variée,
mélange d’histoire et de modernité. Beaucoup de parcs, des raviolis au chou et
champignons appelés Pierogi, un musée collectant les immenses enseignes en néon
des années 60-70 de la ville, des gros pigeons et des corneilles gris perle et noir. De longs
saucissons aux épices très fins, l’histoire des juifs polonais, une ancienne prison et le siège
de la Gestapo. Un vaste cimetière dans la forêt, les rayons du soleil à travers les branches
et les bougeoirs en verre allumés. Le fromage fumé, les foulards aux motifs traditionnels,
les costumes et instruments de musique folkloriques, les couleurs de la vieille ville, les cours
intérieures délabrées de l’autre côté de la Vistule. Des châteaux kitchs, des oeufs de Pâques
colorés et beaucoup beaucoup de bâtiments social-réalistes magnifiques, un musée de l’affiche.

Publicités

Pas vraiment de pause dans l’été.. une semaine à Paris très très studieuse puis encore
du travail, pas mal de séances de cinéma et puis quelques aller-retours dans la rivière.
Pas le temps de m’ennuyer, même pas vraiment ennuyée par les photos des vacances
des autres. Septembre est arrivé très vite, même en restant ici. Mais maintenant c’est
mon tour ! Je pars quand les autres rentrent, ma valise est prête, décollage pour Varsovie
dans deux jours, je reviens ici le lundi 17 septembre, avec des souvenirs de Pologne !

Revoir une grande cousine, sous le parasol avec les petits fauteuils en rotin. Rentrer vite,
être encore enfermée dehors, sauvée par la baby-sitter des voisins. Écouter Supertramp
sérieusement, faire beaucoup de siestes et manger toujours pareil. Boire un thé toute seule
en terrasse avant d’aller au marché du dimanche matin, terminer mon livre, rentrer avec un
tout petit saucisson très sec et un melon.Croiser le gentil caviste qui ouvre, rater le marché
des créateurs et redescendre la rue, être triste pour la jeune serveuse qui a renversé tout
son lourd plateau. { ci-dessous les photos de la belle et vieille maison de Bourgogne }

Une blanquette de veau qui mijote chez Najat, une petite place sous le parapluie d’un
inconnu le temps de descendre la rue Battant, Nils qui fait danser les gens, deux restos
qui finissent au bar, les anciens collègues qui ne changent pas, les nouveaux qui vont
partir, des petits cadeaux, toujours la plus jeune à table. Peu de sommeil, les collages
surréalistes de Max Ernst et de la pâte à modeler Playfoam. { ci-dessous le Doubs bien
bleu qui coulait à Dole cet été et les feuilles du catalpa de l’Aquaparc avec les enfants }

Déjà de retour dans le gris. Ma semaine est passée vite mais ce court bain dans cette
ville magnifique était une vraie pause pleine de soleil et de couleurs. J’ai arpenté les rues
escarpées pendant des heures, pris en photo chaque vieille façade et enseigne, mangé
beaucoup de pasteis de nata, le bleu du ciel et des azulejos, le cri des mouettes, l’odeur
du poisson qui grille, les bateaux, les murs peints et le bord de mer brumeux. Deux grands
ponts et le linge qui sèche aux fenêtres. Je me voyais bien habiter cette ville pour toujours !
{ ci-dessous une sélection mosaïque des premières photos, il y en a aussi sur Instagram }

Deux nouveaux vases pour mettre les fleurs d’Olive qui sèchent pour l’instant la tête
en bas dans le couloir. Des moelleux noisette et chocolat. Plein d’amis qui arrivent pour
passer le week-end ici et aller danser là malgré le temps. { ci-dessous mes jolis objets
rapportés d’Asie : des cartes postales anciennes, un éventail chinois, le fameux baume
du tigre, un portrait de bonze à lunettes, un sous-verre du Raffles, un carnet illustré, des
graines médicinales en sachet, une gomme en forme de sushi et un livre de nouvelles.
En dessous : végétaux, cailloux et coquillages divers ramassés ici et là }

Culturelle, colorée et attirante. « La perle de l’Orient ». Dernier article de mon voyage en
Asie, qui se lit en 9 min : l’île de Penang et plus particulièrement la ville de George
Town, au nord-ouest de la Malaisie. Ballades à pas lents sous le soleil écrasant, façades
blanches des bâtiments coloniaux, ciel bleu et repos rafraîchissant en bord de mer.
C’est la fin de mon périple toute seule, une expérience folle et la contradiction étrange
entre introspection et ouverture au monde. J’ai envie de repartir ! lire l’article ici