archive

MODE, BEAUTÉ, SOIN

Onze heures en tout sur les départementales. Des ronds-points, des feux de circulation
alternée. Des asperges à la feta préparées par les copains, la route qui tourne et des lits
à étage. Une passerelle himalayenne en métal au dessus de la romanche, le bruit fou du
torrent. Les montagnes noires de Belledonne, le château de Vizille et son grand parc, un
paon, une tarte flambée avec du cheddar dessus. { ci-dessous mon Holga rose dont les
prises sont comptées et les réglages aléatoires et ma robe tricolore Esprit en coton léger }

Publicités

Croiser Nico à l’arrêt de bus, passer la journée assise dans l’école des Beaux-Arts,
écouter, parler aussi à la fin. De belles rencontres, une prédiction sur les personnes
du signe Sagittaire. Rester pour la présentation des diplômes, un jeune homme
accroché au mur par du scotch gris, plusieurs buffets. Le cri strident des hirondelles,
et la découverte
de galettes feuilletée venant du Maghreb et appelées Msemmen.
{ ci-dessous la mousse de betterave au basilic et mon maillot de bain rayé pour l’été }

Aimer le beau film de Christophe Honoré et toutes ces petites choses déjà oubliées
des années 90. Un paquet de Dinosaurus, du vin italien, un orage tous les soirs. Regarder
avancer la grosse barrière de nuages noirs à l’abri sous les arcades. Le vent qui souffle
et crée des petites vagues sur le Doubs, les rafales de pluie. De nouveaux draps colorés,
une nouvelle jupe à rayures de la poste aérienne en coton solide. { ci-dessous les jolies
trouvailles du magasin Søstrene Grene et les feuilles de basilic fraîchement coupées }

Grimper un peu hier en fin d’après-midi pour lire et écrire au calme et à l’ombre. Les
fourmis qui s’attaquent à mon sac en papier de flocons d’avoine. Le soleil qui se couche
sur la rosace de la cathédrale Saint-Jean en redescendant. Glisser ses jambes du côté
de la couette fraîche au réveil. Un gros pain de tradition et deux bouteilles de vin pour
le week-end, le soleil de midi. { ci-dessous le mini-spray OUAI qui rend un peu fous mes
cheveux tous courts et la vieille collection de timbres du monde entier trouvée par Nathan }

Être accueillie par Virg, passer l’après-midi sur son canapé et sous son plaid. Être
apaisée de la voir plier doucement ses chutes de tissus pour les faire rentrer dans
ses belles boites. Rejoindre Marta au marché bio, boire un sirop de citron et rentrer
vite en sandales pour échapper à la pluie orageuse. Rater la visite du musée des
beaux-arts vide, boire un Vermouth catalan accompagné d’olives à l’orange. Se
poser des questions sur un futur déménagement.. { ci-dessous les sandales dorées
dans les pâquerettes et une pizza avec du basilic frais coupé sur la fenêtre }

Faire la route avec Virginie et voir l’endroit bucolique où elle travaille, serrer la main aux
résidents très souriants et gentils. La tarte qui sent bon sur le siège arrière, l’endroit où
Jacotte le poisson avait été pêchée. Découvrir la nouvelle pièce du bas de la maison de
Dole, croiser mes parents. Équeuter les fraises, terminer Petite histoire argentine de Laura
Alcoba et le donner à maman, lui apporter des robes aussi. Se perdre avant de prendre
le train. Se faire piquer par un petit chardon. { ci-dessous le nouveau sac à gros pois et
bandoulière pour faire du vélo, et les dernières sandales rose pâles pour l’été }

Maintenant qu’il fait chaud on peut ouvrir les fenêtres et la porte du bureau, j’ai vernis
mes ongles de trois nuances différentes pour accueillir le printemps, presque l’été.
Les plantes se mettent à boire beaucoup, le marché bio du mardi soir a repris, sur la
place juste en bas. J’ai rêvé d’écailles de dinosaures radioactives. Je n’ai presque plus
mal, à ma bosse sur le crâne. { ci-dessous une jolie robe chemise toute simple verte
et blanche de chez Boden et mon nouveau rideau de douche avec de grandes fleurs }