archive

MODE, BEAUTÉ, SOIN

Ces derniers jours se suivent et se ressemblent beaucoup. Les mouches lentes et
collantes, les camions des ouvriers qui m’empêchent de sortir de la cour avec mon
vélo. Des lasagnes aux carottes, un crumble aux courgettes. C’est terrible mais j’ai
l’impression de sentir déjà la nuit qui tombe plus tôt. C’est la fin de mon contrat, je
profite de la pluie et du gris pour boucler le travail, ensuite, je serai libre ! Pour fêter
ça je me prépare des cartes de visite roses & dorées. L’organisation de l’été est floue
mais je pars pour la Vienne quelques jours avec plein d’amis et je m’octroie une pause
ici, retour mi-août. { ci-dessous baskets fleuries Boden et madeleines maison }

Je me réveille très tôt, avant la sonnerie. Depuis quelques semaines, montent par la
fenêtre des chants chorale religieux venant du centre diocésain. Un peu plus tard, les
coups de massue des travailleurs prennent le relai. Je file au bureau. Je gère comme
je peux les différents projets en cours, l’été va être studieux. Une nouvelle coiffeuse
mais toujours la même coupe. Un fauteuil massant pas si agréable que ça et deux petits
hauts soldés. Un faire-part coloré inspiré des punks anglais, du jamais vu. { ci-dessous
mes magnifiques sandales en cuir festonné or-rose à lacets de chez Boden }

Une soirée autour de la petite table en fer en bas de chez moi, dans la cour sous le cerisier.
La nuit qui tombe, les bougies. Aller voir sous le soleil brûlant un combat très drôle avec des
armures en carton fabriquées avec soin, puis siroter un faux thé glacé. Batman, Voldemort
et les Gremlins dans le même dessin animé plutôt surprenant et réussi. Une balade du soir
au bord du Doubs, la température parfaite, une envie de salade de riz. Un bon moment,
un peu de fatigue. { ci-dessous mes deux paires de lunettes roses et un petit sac d’été }

Un peu avant Lyon nous avons roulé sous l’orage. On aurait dit le crépuscule : au dessus
de nous le ciel était gris mais lumineux au loin, vers le sud. J’ai retrouvé Marie et les garçons
au rythme lent de la piscine qui se remplit. Le premier melon de l’année, un Tiramisu aux
fraises, des cerises cueillies sur l’arbre. Partir visiter le Musée de la chaussure à Romans :
de très vieux souliers de prince et les délicats escarpins Jourdan. Je suis repartie avec un
haut fleuri, un rouge à lèvres, un pot de confiture de mûres et deux boutures de plantes.

Tout s’accélère maintenant. J’ai la tête remplie de choses à penser et faire dans l’ordre.
La gauche de la nuque coincée, j’écoute le piano de Nils Frahm en travaillant. Me replonge
un peu dans l’html. Des tours de magie en terrasse, un air brésilien joué à la guitare. Puis, à
l’entrée de la cour, ma clé qui ne veut pas tourner 
dans la serrure de la grosse porte en bois
et Caro qui m’accueille pour dormir.. comme l’été de l’incendie. { ci-dessous un petit pull
Springfield à ancres dorées et des sandales rose gold faciles à enfiler }

Marcher jusqu’à Velotte avec Elsa et Caro en discutant sous le grand soleil, croiser des
roses marbrées et un couple de hérons cendrés. Chez moi, j’entends les travaux dans les
appartements de l’immeuble. Les murs tremblent un peu, et une tronçonneuse résonne
dans la cour. J’ai rapporté une nouvelle plante très jolie : l’Oxalis Triangularis. Ses triples
feuilles pourpres se replient le soir venu comme des papillons. { ci-dessous la salle de bains
dans la lumière et les anciennes poules cousues pour mon mobile démantelé en attente }

Retourner au ciné voir Après la tempête. Grimper les marches en pierres le long de
l’ancien funiculaire, le sous-bois rempli d’ail des ours en fleurs. Le fort de Beauregard,
la pluie sur la ville, les volets et portes bleus. Un soir orageux de mai. Redescendre le
long des belles maisons, rendre visite à Elsa. { ci-dessous les belles choses en tricot et
crochet de l’américaine
Hailey Smedley et sa boutique Etsy appelée Ozetta, du nom de
son arrière grand-mère. Bonnets, plaids, écharpes, guêtres.. tout est magnifique et à l’air
très chaud et doux. Les photos de son Instagram sont très réussies }