Le déménagement d’Elsa, une pâte à tarte, une pâte à gressins, une tour ronde et une
tour carrée. Une belle charpente en bois sans clous, des petits moutons blancs à pattes
noires et la dame qui m’indique qu’il y a plein d’écureuils roux dans les arbres. Le souvenir
drôle des bus Triponney de mon enfance grâce à François, encore des rêves de la maison
de ma grand-mère. { ci-dessous les photos colorées de l’australienne Bri Hammond,
des images qui nous plongent dans l’intime et une grande attention portée aux détails }

Publicités

La vraie reprise du travail, à la moitié du mois de septembre. Écouter les gens raconter
leur premier souvenir, chercher le mien. La jeunesse de certaines voix à la radio, la drôle
de pharmacienne qui finit ses conseils avec la voix qui monte comme si elle posait une
question. Aider Elsa pour la mise en page de son mémoire, deux quiches d’anniversaire.
{ ci-dessous un souvenir des soupes aux fanes de radis de l’été, comme un avant-goût
de celles d’hiver aux poireaux à venir et ma robe légère noire à pois blanc avec son col }

Retourner au musée d’Art et d’Industrie voir les vieux vélos et les immenses métiers
Jacquard en bois. Voir deux spectacles de théâtre en plein air, rigoler, avoir chaud au
cimetière du Crêt de Roc, terminer par les impressionnants bâtiments du musée de la
Mine et se séparer dans le train. Un tour un peu plus court à Grenoble, une super salade
César, l’histoire de plusieurs sauces et des jeux pour enfants.
{ ci-dessous les photos en
noir et blanc du britannique Paul Hart. Il se concentre généralement sur une région
géographique précise pendant plusieurs années, et réussi à faire parler les paysages }

Les températures qui remontent un peu, tout doucement, choisir une carte postale pour
mon correspondant dont je n’ai pas eu de nouvelles de l’été, repasser par la bibliothèque
de conservation pour prendre deux cartes avec les perroquets joyeux à tête jaune dessinés
par Audubon. Préparer mon sac pour une petite semaine dans les villes de Rhône-Alpes,
Saint-Etienne, Grenoble et Lyon. Acheter des carambars, ceux au caramel. { ci-dessous
le sac en tissu rapporté de Bretagne début juillet et les sandales noires de l’été }

Rempoter un peu. Rentrer les pots qui étaient à la fenêtre, sortir une écharpe en laine.
Retourner tenir l’Arscyclerie en fin d’après-midi, pas mal de monde, repartir avec des
boucles d’oreille et un verre à petites rayures rouges qui est là depuis le début. La cave
du caviste, une dégustation, un pinot noir de la Loire, la pluie et des petites brioches aux
pépites de chocolat.
{ ci-dessous les photos de l’allemand Emile Ducke basé à Moscou. Il
parcourt les zones désertée de Sibérie et le manque de médecins pallié par un train médical }

Plusieurs punaises qui rentrent chez moi, quatre verres de bons vins, un gros cookie
au chocolat avec des pépites de chocolat. Discuter un peu avec Chloé qui fait de la radio,
et échanger des mails avec Chloé qui a un gros chien blanc. Une super série du point de
vue d’un jeune musulman d’origine égyptienne à New-York. { ci-dessous mes belles nouvelles
chaussures en cuir de la boutique Etsy basée à Tel Aviv, pour le printemps et un joli petit
savon au thym et à la bruyère rapporté d’Irlande par mes parents avant l’été }

Deux apéros au bureau, un sandwich au thon de rentrée avec du pain bien cuit. Visser
ma sonnette du bon coté du guidon, écrire des articles pour l’association Tinternet. Envoyer
une jolie carte à Chloé dans le sud, en créer une autre, aller voir un film sur une séparation
intelligente avant qu’il ne soit trop tard et une solution pas commune pour la garde des enfants.
Rentrer et trouver un gros bolet sur la table de la cuisine. { ci-dessous les photos du suisse Pierre
Pellegrini
, qui nous plongent dans la beauté sereine de l’hiver. Des noirs et blancs très contrastés }