Trois petits jours à Grenoble, une fille qui tricote en attendant son train à la gare de
Saint-Marcelin, le vent sur le quai, un peu de pluie. Les vieux amis dans leurs sacs de
couchage, la délicieuse purée de potimarron au goût de beurre, les boules de gomme
à vingt centimes et les mots inventés. { ci-dessous les photos d’Andria Darius Pancrazi,
corse d’origine et installé maintenant à Oxford. Obsédé par les bâtiments de couleur
rose et les ciels pastels et la composition par les lignes }

Publicités

Je suis bien installée maintenant. Depuis novembre je suis donc à l’Arsenal, l’ancien
CHU de Saint-Jacques. Occupé temporairement par l’association Hôp Hop Hop, on y
trouve plein de gens et plein de projets, café associatif, recyclerie, salle d’exposition etc.
Un lieu de partage et d’inventivité. J’y ai mon petit bureau clair et carré pour bien travailler,
avec une grande et drôle de fenêtre en demi-cercle. Le début d’une nouvelle aventure.
{ Des portes ouvertes ont lieu jeudi prochain 22 novembre à 17h, passez me voir ! }

Aller voir En liberté ! et rire beaucoup dans la salle presque vide. Casser une ampoule
aux toilettes que je venais d’acheter, avoir un peu de mal à respirer et toujours la même
fatigue dès le début d’après-midi. Un appel de Basile, la brume le matin et la lumière
très blanche, et les grosses feuilles jaunes des arbres. Un vieux monsieur qui sent la
citronnelle. { ci-dessous les collages crées par le couple portugais Fitacola, qui signifie
« ruban adhésif ». Des créations rétros et colorées, très épurées}

Plein de nouveaux podcasts, ici ou . De trop gros marrons presque tous pourris, un
samedi après-midi entier à préparer une quinzaine de nouveaux doudous. Choisir les
tissus, découper. Puis tout emmener au bureau. Un vernissage de belles photos de
montagne, l’odeur de la soupe commune. Un tout petit peu de Macvin et rentrer sous
la pluie fine. Faire tomber par terre une fournée de cookies, et rater le dernier jour de
l’exposition de Plonk & Replonk. { ci-dessous beaucoup d’écharpes pour l’hiver qui
ne vient pas et ma robe aux toutes petites étoiles, comme les pâtes pour le bouillon }

Je n’aime pas le théâtre sérieux. J’aime rire au théâtre. Et pleurer au cinéma. Une toute
petite lampe de bureau rose, du scotch pour Noël. Un poulet aux pommes avec du cidre,
écouter Thom Yorke raconter des trucs sur Inter et ressortir tous mes tissus pour préparer
le petit marché de créateurs à l’Arsenal, là où est mon nouveau bureau. { ci-dessous les
très belles photos de l’allemand Daniel Müller, restaurants, portraits, rues berlinoises ou
documentaire sur les montagnes Suisses }

Depuis ma nouvelle fenêtre je vois les contrôleurs attendre les bus qui passent. Il fait
nuit vite, il pleut. Chez moi, je fais la vaisselle pour me réchauffer les mains, je n’ai plus
le temps de cuisiner. Je mange des biscottes chez Xavier et des Balisto au bureau. Je
n’ai trouvé que des jaunes, je ne me rappelle plus quels sont mes préférés, je crois qu’il
y en a avec des raisins secs. { ci-dessous mes poires Conférence bio pour l’hiver, et un
très joli pull jaune ou orange selon la lumière en laine trouvé chez Naf-Naf }

La brume de La Malate, une Carbonnade géante dans une marmite de druide, une chaise
en rotin peinte en rose pâle et encore des allers-retours de déménagement.
Le bureau est
prêt, il ne reste plus qu’à l’utiliser, en prendre le chemin chaque matin. J’attends internet.
J’ai rêvé d’une guerre extra-terrestre et d’un couple qui m’accueillait dans ma fuite.
{ ci-
dessous les photos de
Christina Fernandez, basée à Los Angeles. Une série consacrée
aux laveries automatiques des quartiers latinos de la ville racontant la vie quotidienne }