Marcher vite sous le chaud soleil pour rejoindre la gare, avoir envie d’être en sandales.
Une partie de badminton qui donne envie de trouver quelqu’un pour en faire un peu, un
parc à vers de terre, le froid de la collégiale et l’orgue, une cabane sous la bâche bleue,
un tiramisu d’anniversaire, des quizz de géo, math et anglais. Le ciel qui se remplit de
montgolfières, le train pour repartir qui a une heure de retard. { ci-dessous mon beau pull
jaune un pin’s Feminist doré et ma porte de bureau avec son motif géométrique scotché }

Publicités

Préparer un cake au chorizo et tomates séchées, rester tard à la brasserie de Fab et
Quentin, en bas. L’étage en dessous de mon bureau. Cuisiner un gâteau au yaourt aux
bords croustillants pour le dessert, rejoindre Virg à la fin de son état des lieux pour un
verre dans le soleil qui se couche. Commencer deux films différents sans les finir. { ci-
dessous les super compositions de la designer américaine Kristen Meyer, qui organise
de façon graphique et géométrique divers objets ou aliments pour ses photos colorées }

Je m’endors en écoutant un live de youtubeur sur twitch comme les jeunes et me réveille
avec un morceau de GY!BE dans la tête, sans savoir lequel exactement. J’ai aussi rêvé que
je partais habiter en Corse, dans une ville, au bout d’un faubourg face à la mer. J’ai vraiment
de la chance avec mes codes de cartes bleues, qui sont toujours faciles à mémoriser. { ci-
dessous mes chouettes petits rouleaux de making tape dans un beau bol à liseré doré au
bureau et mes gants en laine jaune quand même tactiles avec leurs trois petits boutons }

Grimper derrière la citadelle. Un chamois qui bondit, la grotte Saint-Léonard, le début
du chemin de croix, beaucoup d’ail des ours dans les sous-bois, la voie romaine, un drôle
d’oiseau à pois avec des couleurs jaunes et rouges, le soleil énorme et orange en train de
se coucher, mes fines mitaines et des crêpes salées au sarrasin. Les toilettes d’Alice au
Pays des Merveilles et la musique des jeunes Psychotic Monks.
{ ci-dessous les photos
du suédois Håkan Strand, des clichés lumineux, calmes et silencieux, une contemplation
poétique du monde en noir & banc }

Une belle fête à l’ambiance sous-marine et tout le monde en déguisement. Un gros
dirigeable en papier mâché, du mapping vidéo, des poissons découpés, des hublots
lumineux et plein de belles choses à manger. Une pièce de théâtre un peu rigolote avec
des acteurs un peu fous. Pouvoir faire une sieste dans ma chambre avec la fenêtre
ouverte. Les insectes piégés entre la vitre et le rideau. { ci-dessous un bouquet d’hiver
dans une jolie petite bouteille de bière et le paillasson tête de chat qu’il y a aussi à Dole }

Terminer mes machines volantes imaginaires en carton et vieux tissu, les accrocher
au café avec les petites montgolfières. Y passer deux soirs entiers à préparer, décorer.
J’ai des chaussures en tweed, une montre à gousset, un chapeau melon prêté par Virginie
et je me suis cousu une fine
Lavallière blanche. Le soleil est déjà chaud, avec Virg nous
avons réussi à trouver une heure vide en commun pour nous asseoir dehors et en profiter
simplement. { ci-dessous les pots à pois en céramique de l’estonienne
Eeli-Ethel Polli,
ancienne graphiste et désormais basée près de la mer, au Danemark }

Un samedi après-midi assise sur les tapis des bureau à découper, coller, imaginer. Un
rendez-vous dans le café ensoleillé juste à côté. Des étiquettes de pots de miel. Quelques
bières et un joli vernissage sur le thème des cailloux avec le délicat travail du papier
d’Anne Habermacher que j’aime beaucoup. Des falafels dans un sandwich, l’évocation
du Baleinié. Du repos, de la pluie et des bricks aux poireaux fêta curcuma. { ci-dessous
le Halva aux pistaches qui vient de Grèce et sa jolie boîte de conserve colorée }