Un long week-end rempli d’amis. La pluie qui ne s’arrête jamais, les bottes bleues, mon
parapluie cassé abandonné dans une flaque. Choisir de la musique chacun à son tour.
pour danser. Préparer deux fois des sablés au roquefort et les emporter dans une grande
boite à thé. Plusieurs festins le midi, une équipe pour éplucher les patates, une grosse
mayonnaise. Arriver en retard pour voter et se coucher tôt. { ci-dessous les photos de
l’allemand Fabian Krueger : le château médiéval d’Eltz, perché sur une colline de la vallée
de la Moselle et ses environs }

Deux nouveaux vases pour mettre les fleurs d’Olive qui sèchent pour l’instant la tête
en bas dans le couloir. Des moelleux noisette et chocolat. Plein d’amis qui arrivent pour
passer le week-end ici et aller danser là malgré le temps. { ci-dessous mes jolis objets
rapportés d’Asie : des cartes postales anciennes, un éventail chinois, le fameux baume
du tigre, un portrait de bonze à lunettes, un sous-verre du Raffles, un carnet illustré, des
graines médicinales en sachet, une gomme en forme de sushi et un livre de nouvelles.
En dessous : végétaux, cailloux et coquillages divers ramassés ici et là }

Retourner au ciné voir Après la tempête. Grimper les marches en pierres le long de
l’ancien funiculaire, le sous-bois rempli d’ail des ours en fleurs. Le fort de Beauregard,
la pluie sur la ville, les volets et portes bleus. Un soir orageux de mai. Redescendre le
long des belles maisons, rendre visite à Elsa. { ci-dessous les belles choses en tricot et
crochet de l’américaine
Hailey Smedley et sa boutique Etsy appelée Ozetta, du nom de
son arrière grand-mère. Bonnets, plaids, écharpes, guêtres.. tout est magnifique et à l’air
très chaud et doux. Les photos de son Instagram sont très réussies }

Les lilas blanc en fleurs, la première pétanque de l’année, le vent du sud qui a soufflé
tout le dimanche. Une grande télé avec Groot, des chercheurs d’or et des pêcheurs.
Les fléchettes, de la vieille chanson française et un long retour en train dans le froid.
{ ci-dessous une jolie affiche illustrant la célèbre phrase du philosophe Henry David
Thoreau All good things are wild and free, commandée sur søciety6 pour le Noël
d’Etienne et mes chauds et doux chaussons Boden de l’hiver dernier également }

Discuter encore longtemps avec Najat dans son grand canapé avec le chat qui griffe un
peu, repartir avec un pot de terre pour jouer l’apprentie jardinière et tenter de reproduire ma
belle plante par marcottage. Aller voir Aurore au cinéma juste après le travail, retrouver au
dernier moment mes anciens collègues et beaucoup rire comme avant. Préparer des gressins
au sésame et partir en train pour Chalon-sur-Saône avec les copains. 
{ ci-dessous les photos
de l’allemand Jan Erik Waider. Des paysages nordiques à l’état pur et sauvage, sans présence
humaine. Immenses et impressionnants }

Porter des chaussettes par dessus mes collants. Mettre ma capuche. Grimper en évitant
de glisser dans les bois puis faire un détour pour continuer à marcher un moment sous la
pluie fine avant de rentrer. Ce beau morceau à deux voix dans les oreilles. Le marché bio
qui vient tout juste de reprendre place du Jura, une délicieuse tarte tatin aux navets. Le
premier épisode de la nouvelle saison de Fargo. { ci-dessous mes belles robes à motifs
et la tarte pomme-rhubarbe de la semaine dernière, quand il y avait encore du soleil }

Se balader à travers Grenoble, ensoleillée mais pleine de vent. Un barbecue dans le
grand jardin fleuri de Germain, le frère de Marion. Les courants d’air qui claquent les
portes. Basile qui fabrique des masques pour une soirée sur le thème des élections
présidentielles et écouter Thomas Fersen. Un long trajet de retour désagréable et des
petites brioches maison. 
{ ci-dessous les photos du professeur américain Greg Miller,
né en 1967. Il s’intéresse aux hasards des rencontres et utilise le grand format }