Une semaine de parisienne. La canicule, l’eau tiède, l’appartement de Fanny pour moi
toute seule. Beaucoup d’heures de travail, le petit ventilateur de bureau et mon éventail.
Des citrons pressés, du rosé, une péniche et des vodka orange comme quand j’étais jeune.
Les parisiens, les touristes, le métro, Plume le chat gris qui perd ses poils, les pompiers
en short, la grêle qui rafraîchit, le train avec deux heures de retard. { ci-dessous les jolis
cailloux-humains en laine feutrée et brodée de l’artiste singapourienne Shu Ning Lim }

Publicités

Je rêve encore d’une drôle de piscine en verre. Et d’un homme qui se transforme en
stalactites qui me tombent ensuite dessus. Je travaille beaucoup depuis chez moi, la
jambe levée pour essayer de faire dégonfler mon énorme hématome. La pluie de cette
nuit a rafraîchit l’air, et le ciel de ce soir semble indiquer le retour du soleil. Je cherche
à chasser les deux mouches du salon sans y parvenir. { ci-dessous mon pull brodé avec
des citrons et un crumble de courgettes et fromage ail & fines herbes }

J’ai reçu mes belles sandales en cuir rouge verni. Une pastèque d’anniversaire, filtrée
trois fois. Des cookies dans une jolie boite rose avec un lapin à lunettes, des petits
cadeaux, la terrasse de Virg. Les travaux dans la rue, la poussière. Le bruit de la tondeuse,
dans la cour. Des cônes glacés. { ci-dessous les magnifiques photos d’Aron Klein, parti
documenter un rituel ancestral païen pratiqué dans les régions montagneuses de la Bulgarie :
des danses masquées et costumées avec de lourdes cloches pour chasser les mauvais esprits }

Mes ongles qui deviennent blancs sous les ultraviolets de l’Antonnoir. Le mélange Mojito
tout fait d’Arthur, le tee-shirt renard de Bibi et les fauteuils dans la cour de Noëlie pour son
petit déménagement. Grimper la rue de Chalezeule pour le barbecue d’Émilie, grimper encore
plus pour aller dans la piscine de la grand-mère à Romain. Marcher sur un truc qui pique, se
faire écraser le mollet par une chaise pliante. Faire des brasses dans l’eau rafraîchissante,
redescendre avec Damien et attendre que la nuit tombe, rater les feux, prendre le cimetière
en photo depuis la rue. { ci-dessous les muffins carotte-mozza et la belle affiche du spectacle
Pleine Lune, mis en scène par la compagnie Pernette avec les résidents de Novillars }

Le dimanche matin, très tôt, je suis allée acheter du bon pain bien cuit. Personne dans
les rues et le petit air frais. Les plantes qui ont très soif,
un sirop de noisette qui me réjouis
puis m’écœure. Attraper le train au dernier moment, choisir chacun ses ingrédients sur la
grande pizza, s’allonger sur une chaise longue en bois. Manger un poisson avec Bibi
et se demander comment je faisais avant, pour manger la peau et les écailles. { ci-dessous
les peintures de l’australienne Lucy Roleff, elle s’inspire des objets qui l’entourent et du
quotidien de son appartement lumineux de Melbourne }

Plein de petits chats sur le toit, plein de moules au curry et des grosses profiteroles.
Un burger au Saint-Marcelin. Les klaxons, toutes les personnes qui s’intéressent au foot.
Jouer avec une coccinelle sur un banc en attendant Marie, Seb, Paul et Nino. De la
moutarde, du vin de noix et beaucoup d’abricots. Rentrer enfin dans la deuxième cour
du centre diocésain. Un marché de potiers et une arche géante construite en carton.
{ ci-dessous les queues de cerises et une nouvelle vieille boite en fer }

Des mouches vraiment pénibles, quelqu’un qui fait des bulles par une fenêtre, le vernis
à ongles qui ne sèche pas. Trois petits bouts de feux d’artifice derrière la colline, être
contente d’avoir un peu froid. Deux petits cadavres momifiés d’oisillons et des mini asticots
dans la poubelle. Saisir le temps qui passe sur le visage d’un ancien camarade de classe.
{ ci-dessous les illustrations de la roumaine Oana Befort, habitant aux états-Unis. Elle
représente à l’aquarelle des fleurs et oiseaux très folkloriques et bucoliques }